MCA

Malgré le nul concédé par le MCA face au WA Casablanca : Le coach Neghiz y croit toujours

Le MCA a sérieusement hypothéqué ses chances dans la course à la qualification au dernier carré de la prestigieuse compétition africaine de la ligue des champions en se contentant d’un nul à domicile face au WAC vendredi soir en quarts de finale aller.
Pis, les Algérois sont revenus de loin en égalisant dans les dernières minutes de la partie marquée généralement par une domination copieuse de l’adversaire marocain.
Il a d’ailleurs fallu attendre l’ouverture du score par les visiteurs en deuxième période au prix d’un penalty pour voir le représentant algérien réagir et sortir le grand jeu.
Il est vrai que le MCA, qui fête cet été son 100ème anniversaire, a évolué avec un effectif très décimé. Plusieurs joueurs titulaires ont manqué à l’appel, à l’image du capitaine Hachoud et du buteur de l’équipe Frioui.
Des absences de taille que l’entraineur de la formation de ‘’Bab El Oued’’, Nabil Neghiz a évoquées lors de sa conférence de presse d’après match, non sans reconnaître leur impact négatif sur les siens. «On s’attendait à ce que le match soit aussi compliqué pour nous en raison notamment des nombreuses absences dans notre effectif. Cela dit, je reste persuadé que rien n’est encore joué, malgré l’avantage pris par l’adversaire en inscrivant un but qu’on aurait pu facilement éviter n’étaient les erreurs individuelles commises par deux joueurs», a déclaré d’emblée le coach des Vert et Rouge.
Pour l’adjoint de l’ancien sélectionneur d’Algérie, Christian Gourcuff, son équipe est capable de revenir avec le billet qualificatif aux demi-finales lors de la manche retour prévue dans une semaine à Casablanca. Il table à ce propos sur le retour des joueurs.
«Tout le monde sait que nous avons évolué avec un effectif décimé, raison pour laquelle je ne peux pas blâmer les joueurs alignés qui ont fait de leur mieux pour bien s’en sortir. Je tiens d’ailleurs à saluer leur réaction après le but marocain, car en première mi-temps ils étaient très crispés ce qui ne leur a pas permis d’évoluer sur leur véritable valeur», a-t-il ajouté. Et de poursuivre : «Il faut reconnaître aussi que nous avons affronté un adversaire qui n’est pas à présenter, et dont l’effectif est largement meilleur que le nôtre. Toutefois, et au risque de me répéter, rien n’est encore joué. Malgré la différence de niveau entre les deux équipes, mes joueurs peuvent miser sur leur volonté pour renverser la vapeur au cours du match retour qui sera une toute autre rencontre. On va donc bien préparer la deuxième manche pour présenter un visage meilleur à Casablanca à même de nous permettre de revenir avec la qualification». Pour sa part, l’entraineur du WAC, le Tunisien Faouzi El Benzerti, a estimé que l’arbitre du match a privé son équipe d’une victoire méritée, en lui refusant notamment un but somme toute valable en première mi-temps
«J’aurais aimé que le VAR soit utilisé dans cette rencontre, car un but comme celui qu’on a marqué en première mi-temps n’aurait jamais été refusé. Il n’y avait aucune position de hors jeu, mais le referee en a vu autrement», s’est-il insurgé.
L’ancien sélectionneur de Tunisie a, en outre, estimé que malgré les erreurs d’arbitrage ses joueurs auraient pu ‘’tuer’’ la rencontre dès le premier half, «sauf que leur manque de réalisme leur a joué un mauvais tour», a-t-il regretté. Concernant le match, El Benzerti préfère opter pour la prudence en refusant de crier victoire avant l’heure. «Certes, on a réussi un bon résultat à Alger, mais attention, l’adversaire n’est pas facile à jouer. Il peut bien nous créer des problèmes chez nous», a-t-il mis en garde.
Hakim S.