Merabet lyes

LYÈS MERABET, À PROPOS DE LA RÉVISION DU STATUT PARTICULIER DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ : «Le processus ne doit pas traîner»

Le président du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP), Lyès Merabet, a salué la décision des autorités à leur tête le chef de l’État quant à la révision du statut particulier des travailleurs du secteur de la santé qui comprend des «aberrations » et des « omissions » devant impérativement être revus et corrigés.

Contacté hier par téléphone, Dr Merabet a rappelé que l’actuel statut était à l’origine de plusieurs mouvements de contestations des travailleurs de la santé et ce depuis sa promulgation. « Nous avons toujours considéré que des engagements n’ont pas été tenus dans l’actuel statut qui comprend des omissions ainsi que des aberrations qui n’ont pas été corrigées », dira notre interlocuteur, soulignant que la réponse du ministère de la Santé a toujours été que le gouvernement n’a pas donné son aval pour l’ouverture de ce dossier.
Aujourd’hui, poursuit le président du SNPSSP, « nous sommes rassurés de voir que des engagements concrets ont été pris dans ce sens, notamment que des instructions ont été données pour la première fois par le chef de l’État pour la revalorisation de la condition sociale et salariale des professionnels de la santé publique». Une démarche qui ne peut être que « saluée », estime Dr Merabet qui indique à cette occasion qu’un programme pour l’entame des discussions entre les syndicats et le ministère a été établi.
Selon ce programme, ajoute la même source, «il y a deux statuts particuliers à savoir celui des praticiens et médicaux et généralistes de la santé publique et celui des praticiens médicaux et spécialistes de la santé publique ». Pour conclure Dr Merabet souligne que  puisque le feu vert a été donné il n’y a pas de raison pour que le processus de révision traine.

« La vaccination contre le Covid-19 du personnel médical reste timide »
Sur un autre registre, Lyès Merabet a fait savoir que la campagne de vaccination contre la pandémie du Covid-19 du personnel soignant avance timidement.
Il souligne, toutefois, que la situation est entrain de s’accélérer depuis une semaine suite à la réception de quotas de vaccins assez conséquents « par rapport aux quantités reçues au début ». Il indique à ce propos, la réception de 500 000 doses supplémentaires du vaccin chinois, ainsi que des doses du vaccin AstraZeneca.
« Il faut dire qu’on est en retard par rapport aux objectifs de cette campagne mais on est toutefois rassurés de voir que les quantités qui sont reçues et distribuées depuis une semaine permettent au professionnel de la santé de travailler plus à l’aise » a relevé Merabet qui souhaite que cette cadence soit maintenue pour que le retard puisse être rattrapé de sorte à pouvoir vacciner et le personnel médical et la majorité des citoyens candidats à la vaccination d’ici le début de l’année prochaine.
Ania Nait Chalal