charfip3

CAMPAGNE ÉLECTORALE POUR LES LÉGISLATIVES : Charfi « satisfait » de l’évolution du discours politique

Présent hier à la salle Ibn Khaldoun lors de la rencontre de la société civile de sensibilisation sur les prochaines législatives, le président de l’Autorité nationale indépendante des élections, Mohamed Charfi, a dit être satisfait par rapport à l’évolution du discours politique dans la campagne électorale pour les élections législatives du 12 juin, affirmant par ailleurs que le changement et la contribution au changement sont le devoir de chaque Algérien.

Aussi, à la même occasion Charfi n’a pas caché sa satisfaction quant au respect qui a prévalu dans la campagne électorale, notamment dans le discours politique, ajoutant que ce dernier est passé de « l’idée des négociations à l’idée de dialogue ». Regrettant dans ce cadre que cette politique de « négociation » à dégradé le travail politique dans le pays et menant à la politique du « casher », «  nous n’avons pas enregistré lors des deux premières semaines de la compagne électorale des attaques ou dépassements verbaux entres les candidats » a-t-il remarqué. Il est à rappeler que les médias ont rapporté en direct les sorties des différents candidats aux législatives, critiquant le discours prononcé à chaque fois par la majorité, commençant par le chef du FBG qui a comparé « les femmes candidates de son parti  » à de la fraise sélectionnée : une dérive qui a provoqué une vague d’indignation et de dénonciations sur les réseaux sociaux, et d’autres discours à l’instar de celui de Bengrina, Benkhelaf du FJD et le SG du FLN.
Par ailleurs et concernant la sensibilisation, Charfi a affirmé que la sensibilisation dans les élections est un travail de citoyenneté son but et de pousser le citoyen à contribuer dans l’édification des institutions de l’État. Il a cité dans ce contexte les efforts des organisations non gouvernementales internationales pour encourager la société civile à participer à ce processus. Concernant le travail de l’ANIE, Charfi a dit : « malgré sa création récente, elle a été en mesure d’organiser des élections présidentielles, et à ce moment-là personne ne pariait sur son efficacité, ajoutant que les espaces noirs ne jouaient aucun rôle dans les élections présidentielles et ne joueront aucun rôle dans les élections du 12 juin ». En outre le président de l’ANIE a salué le rôle et les efforts des Scouts musulmans algériens qui ont donné l’exemple et ressuscité l’esprit de la nation «  faisant de nous les serviteurs de la nation », précisant que sa présence à cette occasion a pour but de « replonger dans cet esprit que l’État algérien a failli perdre », soulignant la nécessité de « confronter tous ceux qui tentent de créer le désordre dans l’Algérie et de la préserver malgré les divergences politiques », ajoutant «  nous voulons la réconciliation à travers l’organisation des élections transparentes ». Précisant dans ce contexte que la voix des citoyens est une « lourde » responsabilité, c’est pour cela qu’il faut bien choisir ses élus dont les programmes garantissent la démocratie et la stabilité au pays. «La démocratie, qui ne peut pas se protéger par elle-même, est malade, nous voulons que ce soit une démocratie à l’abri de toutes les impuretés ». a-t-il conclu dans ce registre.
Sarah Oubraham