Avocats

EN SOUTIEN À LEUR COLLÈGUE ABDERRAOUF ARSLANE, PLACÉ EN DÉTENTION PROVISOIRE POUR « ADHESION » À RACHAD : Les avocats boycottent, demain, l’activité judiciaire

L’Union nationale des ordres des avocats ont, dans une déclaration rendue publique hier, annoncé le boycott de l’activité judiciaire, demain, au niveau de tous les tribunaux et cours de justice.

Cette action des avocats se veut un acte de solidarité agissante avec leur collègue du barreau de Tébessa, Abderraouf Arslane, placé sous mandat de dépôt, jeudi dernier, pour « adhésion » au mouvement Rachad, lequel a été déclaré récemment une organisation terroriste.
Dans son communiqué sanctionnant les travaux de sa réunion, tenue hier en son siège élu à la Cour suprême, l’UNOA a d’abord exprimé son soutien total à l’Ordre des avocats de Tébessa, duquel est issu leur collègue Abderraouf Arslane, dont le mandat de dépôt pour « appartenance à une organisation criminelle », a été confirmé, courant de la semaine passée, par la Chambre d’accusation près la Cour de Tébessa. À souligner que l’avocat a été placé en détention provisoire en compagnie de trois autres co-accusés dans cette affaire.
Visiblement remontée contre l’incarcération de leur collègue, l’organisation nationale des avocats déplore « la mauvaise lecture du dossier (de l’accusé, ndlr) faite en conférence de presse par le procureur général près la Cour de Tébessa », pouvait-on lire sur le texte. L’UNOA ne s’est pas arrêtée là, puisqu’elle accuse le parquet de « violation » du « principe de la présomption d’innocence et du secret de l’instruction. » Dans son texte-plaidoyer, l’UNOA appelle à la l’activation des procédures judiciaires inhérentes aux principes de la présomption d’innocence et des libertés collectives. En outre,  elle appelle à considérer la détention préventive comme recours exceptionnel, qu’il conviendrait à prendre qu’en cas de « nécessité majeure ».
Également rendue comme quatrième point au titre de cette résolution, l’UNOA a affirmé dans sa déclaration qu’elle suit de près cette affaire et poursuit le travail de coordination avec le barreau des avocats de Tébessa en vue de la libération de maitre Arslane.
Par ailleurs, l’UNOA invite l’ensemble des organisations des avocats au respect des dispositions de la loi en lien avec la profession et d’éviter les clivages politiques.
F. Guellil