RASD

L’ÉVOLUTION DE LA QUESTION SAHRAOUIE OBJET D’UNE RENCONTRE DIPLOMATIQUE À ALGER : « Il est temps que la communauté internationale assume ses responsabilités »

Les derniers développements de la question sahraouie ainsi que les voies et moyens de renforcer le soutien au peuple sahraoui, ont été au centre d’une rencontre politico-diplomatique qui s’est tenue à Alger.
Organisée conjointement par l’ambassade de la République arabe sahraouie démocratique et l’ambassade de l’Afrique du Sud à Alger, la rencontre a été rehaussée par la présence de 15 ambassadeurs accrédités en Algérie représentant des pays d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie. S’exprimant à cette occasion, l’ambassadeur sahraoui à Alger a présenté un exposé sur les derniers développements de la cause sahraouie, soulignant les acquis remportés par le peuple sahraoui depuis la rupture du cessez-le-feu le 13 novembre 2020. Taleb Omar a mis en avant les importantes victoires accomplies par le peuple sahraoui et les défaites successives du régime marocain au plan diplomatique. Il a rappelé que la dernière réunion de secrétariat national du Front Polisario a mis en avant les positions indéfectibles de l’Algérie en faveur du peuple sahraoui et l’ensemble des causes de libération dans le monde sous la direction du président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Pour sa part, le chargé d’affaires de l’ambassade d’Afrique du Sud, Patrick Rankhumise a réaffirmé le soutien de son pays au combat du peuple sahraoui, qualifiant cette réunion d’ »importante ». « Il est temps que la communauté internationale assume ses responsabilités et impose des décisions courageuses pour amener le Maroc à respecter les chartes de l’UA et de l’ONU en faveur du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, car il s’agit d’une cause de décolonisation », a-t-il dit. Les diplomates participant à cette rencontre ont unanimement soulevé le retard accusé dans la mise en œuvre du processus de décolonisation au Sahara occidental, appelant l’ONU à s’acquitter pleinement de son rôle à savoir, s’assurer du respect de la loi et de la légitimité. Mettant l’accent sur la bravoure du peuple sahraoui et son combat pour la liberté et l’indépendance, les ambassadeurs se sont félicités du retour du président sahraoui Brahim Ghali sain et sauf après son hospitalisation en Espagne. La rencontre a coïncidé avec le 51e anniversaire du soulèvement de Zemla, célébré ces derniers jours par le peuple sahraoui.
M. B.

Comité de décolonisation des Nations unies  
Le Nicaragua défend le droit des sahraouis à l’autodétermination
La République du Nicaragua a affirmé, devant le Comité de décolonisation des Nations unies, que la recherche d’une solution politique à la question du Sahara occidental reste une question nécessaire et urgente, et doit être menée conformément à la résolution 1514 de l’Assemblée générale et au droit international. Il rappelle également l’importance pour les deux parties, le Front Polisario et le Maroc, d’intensifier les négociations diplomatiques de bonne foi, afin de garantir que le peuple sahraoui exerce son droit inaliénable à l’autodétermination.
Le Représentant permanent du Nicaragua auprès des Nations unies, Jeser Jiménez, a déclaré que le gouvernement de son pays a, une fois de plus, renouvelé son engagement à travailler activement pour que les peuples coloniaux puissent exercer leur droit inaliénable à l’autodétermination, à l’indépendance et à leur droit à la liberté. « Le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui continue d’être l’une de ces dettes historiques, et mon gouvernement (le Nicaragua) réitère sa solidarité indéfectible avec ce peuple et son noble combat pour la justice », souligne-t-il, ajoutant que « le Nicaragua, qui a une longue histoire de lutte pour la libération nationale depuis le déclenchement de la Révolution populaire sandiniste en 1979, partage avec la République arabe sahraouie démocratique les mêmes principes de libération fondés sur le droit à l’autodétermination et le respect de la souveraineté des peuples, la coopération, amitié et solidarité ».
M. B.