Candidats

Les réactions des candidats perdants

Les élections présidentielles ont rendu leur verdict hier en consacrant le candidat indépendant Abdelmadjid Tebboune (58,15 % des suffrages exprimés) comme huitième président de la République algérienne. Un taux confortable qui évite un deuxième tour de l’élection. Après l’annonce des résultats, les candidats malheureux de ce scrutin ont réagi promptement et dont les déclarations sont ci-après.

Abdelkader Bengrina (2ème): «Aucun des candidats n’est devenu président de la République»
«Devant ce moment historique qu’a vécu l’Algérie [jeudi dernier] à travers un scrutin électoral présidentiel, dont la seule caractéristique est qu’aucun des candidats n’est devenu président de la République, nous remercions Dieu Le Tout Puissant pour la sécurité et la stabilité (de l’Algérie : Ndlr). Nous remercions ensuite le peuple algérien qui a su comment sauvegarder l’Algérie en répondant à l’appel des hommes sincères», a indiqué Abdelkader Bengrina lors d’une conférence de presse, se disant que le score de ce scrutin aura consacré son parti, le Mouvement El-Bina à comme «première force du pays». Le candidat islamiste déplore ensuite « l’absence d’une véritable compétition » entre les candidats : «Nous avons souhaité que ces résultats soient le véritable reflet des aspirations du peuple pour le changement et qu’elles soient la vraie image de ce qu’avait vécu l’Algérie pendant la campagne électorale. Or ces résultats privent le peuple algérien de faire un rebond vers la construction d’une Algérie nouvelle (…). Cependant, la vision politique perturbée tend une nouvelle fois à rééditer les mêmes expériences politiques anciennes en s’appuyant sur des mécanismes qui vont montrer leur incapacité à réguler les déséquilibres et risques qui menacent l’Algérie ». Bengrina a, fait surprise, félicité « les 4 candidats », non pas le gagnant «Tebboune», affirmant qu’il traitera « avec la nouvelle réalité sans faire de reproches », annonçant également qu’il avait demandé à son parti de mettre fin à son mandat comme président du parti.

Azzedine Mihoubi (4ème): «Je félicite Abdelmadjid Tebboune»
« Je félicite Abdelmadjid Tebboune pour son élection en taut que président de la République. Je lui adresse mes encouragements et souhaits pour mener à bien son mandat et sa noble mission de réaliser les aspirations du peuple algérien. Je lui exprime aussi tout mon soutien », a tweeté hier Azzedine Mihoubi. Dans ses déclarations en marge de la proclamation des scores de cette élection, le SG par intérim du RND a fait savoir toutefois qu’il n’introduira pas de recours auprès de l’ANIE. Promettant de continuer sur la voie de son programme politique avec lequel il s’est présenté. Mihoubi a ensuite exprimé sa gratitude envers la communauté algérienne à l’étranger qui a voté fortement pour lui et à l’Institution militaire pour avoir sécurisé les élections, en disant que l’essentiel « est de concrétiser les revendications du peuple sur le moyen et long le termes». Le candidat du RND a évoqué ensuite son avenir à la tête de son parti, le RND, en révélant l’existence de préparatifs pour l’organisation d’un congrès extraordinaire dès le premier semestre de l’année prochaine afin «de renforcer les rangs du parti en perspective des futurs rendez-vous électoraux».

Ali Benflis (3ème) : «J’ai participé pour défendre l’État-nation algérien»
«J’ai pris part à cette élection en réponse à l’appel du devoir, car je me considère, de par mon cœur, pensée, personnalité et éducation, un homme de devoir. Parmi les crises politiques qu’avait traversées notre pays, la crise actuelle est sans conteste la plus dangereuse sur le devenir de l’État-nation, qui constitue le legs le plus valeureux que nous partageons tous. Je n’avais d’autres visées ou objectifs derrière ma participation à ce scrutin que de contribuer et d’apporter mon aide pour défendre la pérennité de l’État-nation», a indiqué Ali Benflis hier lors d’une conférence de presse. Benflis a annoncé par la suite « la passation du flambeau à la jeune génération dans les plus brefs délais » dans son parti, Talaïe El Hourriet : «Les porteurs des idées s’en vont, alors que les idées restent. Tel est leur destin. Les jeunes sont les bâtisseurs de l’avenir. Ils ont toute la latitude d’apporter leurs contribution et effort pour servir leur pays et de construite l’Algérie de demain ». Benflis a fait savoir qu’il ne présentera aucun recours auprès de l’ANIE, appelant ses soutiens et sympathisants à rester calmes et prudents pour la stabilité de l’Algérie.

Abdelaziz Belaïd (5ème) : «L’Algérie a besoin de stabilité»
«Je respecte la volonté du peuple. Moi qui avait affirmé que les élections sont l’unique et moyen idoine pour enclencher le changement qui portera les Algériens à la rive de sécurité », a indiqué hier Abdelaziz Belaïd, dans une brève allocution lors d’une conférence de presse. « Je remercie tous les candidats. Je félicite le nouveau président élu par ma conviction que l’Algérie a besoin de la stabilité. J’ai décidé de ne pas commenter aujourd’hui les résultats de ces élections. Je confirme que je poursuivrais la lutte pour une Algérie nouvelle dotée de fortes institutions», a-t-il conclu.

Propos recueillis par  Hamid Mecheri