Cari

LES INSTIGATEURS MISENT SUR LE 22 FÉVRIER POUR ALLUMER LA MÈCHE : Le complot du chaos

Aujourd’hui, il n’est plus question de Hirak, mais de provoquer des troubles sociaux dans le pays.

À l’approche de l’anniversaire du mouvement populaire du 22 février 2019, les fauteurs de troubles, ces instigateurs que l’Algérie nouvelle dérange, sortent de leurs terriers et sautent sur l’occasion pour titiller la fibre des « hirakistes ». L’objectif est aussi aventureux que l’est leur plan déstabilisateur dans un pays qui se construit, doucement mais sûrement, à savoir pousser la population au soulèvement. Que oui, aujourd’hui, ceux qui ont échoué dans leur tentative pernicieuse de provoquer le chaos lors du scrutin présidentiel du 12 décembre 2019 dans une réaction en chaîne reproduite pour le référendum du 1er novembre 2020 sur la Constitution, reviennent à la charge. Le mode opératoire est le même. Cette fois-ci encore, le procédé consiste à faire monter les citoyens contre l’autre projet initié par le président Tebboune, notamment les élections locales et législatives à venir. Les instigateurs, entre ceux de l’intérieur et ceux de l’extérieur, avancent leurs pions. Ce sont donc toutes ces réformes en cours depuis la remise du train Algérie sur la voie de la légalité constitutionnelle, la plus récente étant l’assainissement de la scène politique de la nécrose et des résidus de la « Issaba » qui ont fait que les subordonnés des officines étrangères mettent en branle leur agenda du chaos. Une énième conspiration, comme toutes celles étouffées dans l’œuf grâce à la communion forte entre le Peuple, son Président et son Armée. C’est cette même communion qui a présidé au retour de l’Algérie au premier plan qui est visée aujourd’hui. Sinon, comment expliquer que certaines figures s’autoproclamant du Hirak, dont une personne particulière s’est empressée, à sa sortie de prison, pour rencontrer l’ambassadeur de France à Alger qui semble ne pas être sur la même longueur d’onde que son Président ? Loin d’être un rendez-vous de hasard, ceux qui continuent à fantasmer sur un improbable chaos peuvent toujours rêver, car l’Algérie poursuit son petit bonhomme de chemin.
Après cette rencontre, la même personne s’est mis à l’œuvre et applique à la lettre la feuille de route tracée pour essayer de créer le chaos social. Or, les Algériens ne sont pas dupes. Ils ont démasqué toutes ces parties financées par la « Issaba », tous ces lobbys pro-israéliens et émiratis qui ne veulent pas d’une nouvelle Algérie forte qui, en une année, s’est imposée et a fait son retour sur la scène internationale.
En tout état de cause, le complot permanent contre l’Algérie continue tant notre pays dérange tant par ses positions, ses atouts et surtout son ambitieux projet de l’Algérie nouvelle qui fera d’elle une puissance régionale.
Farouk Bellili