Enfants

Les enfants de 5 ans seront dès cette rentrée scolaire autorisés en première année primaire : Des experts s’alarment

Les enfants âgés de moins de six ans sont-ils aptes à commencer l’école ? Des experts disent que non, alors que certains pays développés estiment que l’age d’une enfant prêt pour l’école est de six-sept ans.
En Algérie, la norme était de six ans ; mais on vient de trouver une dérogation pour contourner un problème de place.
Les enfants âgés de 5 ans étaient assujettis à être inscrits en préscolaire, toutefois, le manque de places disponibles et de classes spécialisées lesquelles étaient destinées à abriter en moyenne 25 élèves, a enclin le ministère a trouver une solution de rechange et à accepter les enfants nés durant les trois premiers mois de l’année dans la première année primaire.
Ainsi, nous avons appris que le ministère de l’Éducation nationale vient de prendre la décision d’autoriser désormais les inscriptions des enfants nés entre le 1er et le 31 mars 2013, en première année primaire. Un communiqué du ministère oblige, dès cette rentrée scolaire, les écoles qui ont encore des places à accepter cette catégorie d’élèves.
Pour ce faire, le département de Nouria Benghebrit a demandé à voir les listes des enfants éligibles À l’effet de leur éviter de perdre une année d’études en attendant l’âge de six ans réglementaire.
Il importe de rappeler que les directeurs de l’éducation et les parents à la fois sont confrontés à la sempiternelle problématique de manque de places pédagogiques que perpétue le retard enregistré sur les nouveaux projets du ministère de l’Éducation nationale.
Dans la pratique, des spécialistes estiment que la scolarisation précoce constitue un levier important pour instaurer une égalité des chances, et permet, par ailleurs, aux parents de concilier plus facilement vie professionnelle et vie familiale.
En stimulant précocement les capacités linguistiques, physiques et intellectuelles des enfants, et en les initiant à la vie en commun, l’admission des élèves de 5 ans permettra d’habiliter les enfants à entamer un cursus scolaire performant L’accueil des nouveaux élèves sera progressivement assuré dans les écoles primaires des réseaux d’éducation implantés sur le territoire national, avec pour objectif de scolariser plus d’enfants et pour permettre de libérer plus de places supplémentaires au sein des classes du pré scolaire en vue d’intégrer le maximum d’enfants dans le processus d’enseignement précoce, dont l’importance n’est guère à démontrer.
Zacharie S. Loutari

L’Algérie franchit un nouveau pas pour être au top
Se conformer aux objectifs de référence internationale

Le ministère de l’Éducation nationale avait récemment annoncé que l’’Algérie a atteint tous les objectifs servant de cadre de référence internationale en matière de scolarisation des enfants en dépit d’un contexte économique et financier difficile et d’une forte augmentation de la natalité : 1 million d’élèves en 1ère année primaire contre 500 000 il y a moins d’une dizaine d’années. a expliqué la même source.
Dans ce sens, le département de l’Éducation nationale avait souligné, que le soutien et l’accompagnement de l’État en faveur de la population scolaire se matérialise d’année en année par des actions sociales attribuées sous plusieurs formes et que plus de trois millions d’élèves profitent de la cantine scolaire au niveau des écoles primaires.
La même source a expliqué que plus de 4 millions d’élèves profitent de la gratuité des manuels scolaires, près de 500 000 élèves bénéficient du transport scolaire avec 4 500 bus  et plus de 500 000 élèvé bénéficient de trousseaux scolaires.
Sur le plan infrastructurel, le ministère indique que le nombre d’établissement ouverts durant l’année scolaire 2017-2018 s’est élève à 26 669 dont 420 nouveaux répartis en 233 écoles primaires, 83 collèges et 104 lycées, lex taux d’accroissement sont respectivement de 1,24%, 1,53% et 4,42% par rapport à l’année dernière. Le fonctionnement de cet ensemble infrastructurel est assuré par un effectif total des personnels du secteur de l’éducation pour cette année de l’ordre de 744 000 fonctionnaires dont 460 000 personnels d’enseignement.
Madame Nouria Benghebrit avait rappelé à l’occasion, que tous les débats et efforts seront soutenus, après les résultats des consultations nationales organisées au cours des 4 dernières années sur le redéploiement  du système éducatif à partir d’indicateurs de qualité, portés par les trois leviers de la réforme : la refonte pédagogique, la gouvernance et la professionnalisation des personnels de la formation.
Z. S. L.