JM oran

JM Oran-2022 : Le dernier virage amorcé à une année de l’évènement

Plus qu’une année sépare la ville d’Oran du grand rendez-vous sportif qu’elle s’apprête à accueillir, à savoir la 19e édition des Jeux méditerranéens (JM) prévue du 25 juin au 5 juillet 2022, annonçant le lancement du compte à rebours de l’évènement.

Du coup, les bouchées doubles sont mises et la préparation de cette manifestation, que l’Algérie abritera pour la deuxième fois de son histoire après avoir organisé à Alger l’édition de 1975, passe désormais à la vitesse supérieure. Reportés pour une année supplémentaire à cause de la crise sanitaire mondiale (Covid-19), les JM d’Oran sont toujours perçus comme étant une aubaine pour marquer le retour du sport algérien sur le devant de la scène internationale. Un défi de taille que les pouvoirs publics ont accepté de relever en déployant d’énormes moyens financiers, matériels et humains, afin que la capitale de l’Ouest soit fin prête pour accueillir des milliers de sportifs et accompagnateurs de 24 pays des deux rives de la Méditerranée. Avant une année de la manifestation, les préparatifs ont atteint un stade avancé, notamment en matière d’infrastruc tures sportives. Un véritable effort a été consenti dans ce registre, et commence à donner ses fruits sur le terrain, permettant à Oran de s’offrir un parc d’équipements sportifs aux normes internationales, à même de permettre à la ville d’aspirer à abriter à l’avenir des épreuves de haut niveau, toutes disciplines confondues. Le premier responsable du secteur au niveau de la wilaya, Yacine Siafi, est le premier à afficher sa satisfaction de l’évolution des préparatifs des JM, surtout au niveau des différents chantiers lancés aussi bien en matière de réhabilitation des anciens équipements sportifs qu’en termes de réalisation de nouveaux oeuvres.

La rénovation des infrastructures touche à sa fin
A ce propos, rien que pour les opérations prises en charge par la direction de la jeunesse et des sports, leur nombre avoisine la quinzaine d’équipements, a fait savoir le responsable de cette instance. «Il s’agit d’anciennes infrastructures réservées à la compétition officielle lors des JM qui ont subi de larges travaux de réaménagement et de mise à niveau leur ayant permis de disposer désormais des normes internationales à tous les niveaux», a expliqué Yacine Siafi. Il a également affiché sa satisfaction quant à la cadence des travaux y prévalant en dépit de la propagation, depuis plus d’u ne année, du coronavirus qui a freiné plusieurs secteurs d’activités. Malgré cet handicap de taille, le taux d’avancement des travaux dans pratiquement tous les équipements concernés par la rénovation ont atteint «entre 85 et 90%», a informé le même responsable, soulignant que certains chantiers sont déjà achevés, tels que le Palais des sports Hammou-Boutelilis, le complexe de tennis de «Haï Essalem» et le centre équestre Antar-Ibnou Cheddad à Es-Senia. Même l’institut de la formation des cadres des sports à Aïn El Turck a tiré profit de l’organisation à Oran des prochains JM pour bénéficier de grands travaux de rénovation au niveau de ses différents équipements sportifs. Une enveloppe de 300 millions DA a été ainsi débloquée pour la réhabilitation de cette importante infrastructure qui sera utilisée comme lieu d’entraînement des athlètes participant aux JM grâce à ses nombreuses unités dédiées aux différents sports collectifs et individuels. Outre les nombreuses infrastructures sportives ayant fait ou faisant toujours l’objet de travaux de rénovation, la ville d’Oran s’apprête également à s’offrir un complexe olympique sportif d’envergure, implanté dans la commune de Bir El Djir (Est d’Oran). Après de longues années d’attente, cet important ouvrage sportif est sur le point d’être réception né. Déjà, les travaux au niveau du stade de 40.000 places sont pratiquement achevés. Tout indique que cet acquis de taille soit inauguré en juin prochain à l’occasion d’un match amical que la sélection algérienne des joueurs locaux devrait livrer sur son excellente pelouse en gazon naturel.

La totalité du complexe livrée en septembre
Parallèlement à cela, les travaux touchent également à leur fin au niveau du stade d’athlétisme relevant du même complexe, en attendant les deux autres unités de ce site, à savoir la salle omnisports (6.200 places) et le centre nautique composé de trois piscines, dont deux olympiques. La réception de ces équipements est prévue pour le mois de septembre prochain, date retenue également pour la livraison du village méditerranéen, situé à quelques kilomètres du nouveau complexe olympique, et dont la capacité d’accueil est de 4.200 lits. Et pour ne rien laisser au hasard, le comité d’organisation des JM, dont le directeur général n’est autre que l’ancien champion algérien de natation, Salim Iles, a programmé plusieurs évènements expérimentaux, pour bien «huiler» la machine. L’opération est déjà entrée en vigueur. Le dernier évènement en date auquel a participé le comité en question dans son organisation a été la première étape du premier championnat d’Alg érie de triathlon, tenu vendredi passé au complexe des Andalouses (Aïn El Turck), un événement jumelé avec la troisième édition du triathlon nord-africain. Les préparatifs vont également bon train sur le plan organisationnel, à travers les réunions mensuelles avec le comité international des JM qui se tiennent en visioconférence, a affirmé Salim Iles, assurant que les 12 commissions relevant de son comité ont «bien avancé chacune dans son domaine, suscitant la satisfaction des membres du comité international», s’est réjoui Salim Iles. Et si tout baigne dans l’huile sur le double plan infrastructurel et organisationnel, il n’en demeure pas moins qu’un grand travail attend les concernés en matière de promotion des Jeux. Un volet qui accuse un retard relatif, selon le premier responsable du comité d’organisation, conscient de la nécessité de mettre les bouchées doubles pour refaire ce retard, d’autant qu’il s’agit d’un volet très important à ne pas négliger pour assurer la réussite de cette manifestation régionale.