bouritap5

IL TENTE D’ÉCORNER L’IMAGE DE L’ALGÉRIE POUR CAMOUFLER LE CINGLANT ÉCHEC DE L’ALLIANCE DIABOLIQUE À L’UA : Bourita au secours d’Israël

Au lendemain du cinglant échec essuyé au Sommet de l’UA qui l’a proclamée indésirable, l’entité sioniste peut compter sur la diplomatie marocaine. La cible est vite trouvée, l’Algérie, qui a dirigé la bataille contre la présence d’Israël en Afrique. Nasser Bourita actionné !

Le ministre des Affaires étrangères du Maroc Nasser Bourita et Israël,  qui ont interprété à leur « convenance », la décision du 35e sommet ordinaire de l’Union africaine, de geler l’octroi à l’entité sioniste le statut d’observateur au sein de l’organisation continentale, tentent de créer un épais nuage de fumée pour cacher leur cinglant échec.
Et pour créer la diversion, ils s’attaquent à l’Algérie, qui a mené une véritable bataille diplomatique pour faire échec à une initiative personnelle de Moussa Faki, porteuse de grands dangers pour l’unité des rangs de l’UA.
Bourita, qui est un islamiste réformé puisqu’il a survécu au gouvernement de son mentor El-Othmani, veut donner au Maroc l’image du pays qui respecte son voisin l’Algérie,  et qui ne réagit pas à ses tentatives, qu’il a qualifiées d’unilatérales. Et là, il se trompe lourdement car depuis toujours, c’est l’Algérie qui a toujours fait preuve de mesure dans ses réactions aux tentatives marocaines d’attenter à sa souveraineté, son intégrité et sa sécurité.
La guerre de 1963 a été bien déclenchée par le Maroc qui avait voulu annexer des territoires de l’Algérie nouvellement indépendante.
En 1994, après l’attaque terroriste contre l’hôtel Atlas Asni à Marrakech, le Makhzen ne s’est pas empêché de désigner l’Algérie comme auteur de cet attentat. Les responsables marocains n’avaient pas attendu les conclusions de l’enquête pour prendre des décisions lourdes de conséquences sur le plan social et affectif pour de nombreuses familles mixtes, installées de part et d’autre des frontières, en instaurant un visa d’entrée au Maroc pour les ressortissants algériens. La décision de l’Algérie de fermer les frontières terrestres entre les deux pays n’était donc qu’une réaction à une mesure unilatérale prise par son voisin de l’Ouest.
Ainsi, dans une déclaration à France 24, Bourita a affirmé que son pays plaçait comme le dernier de ses soucis les décisions unilatérales prises par l’Algérie. Il a même affirmé que le roi M6, a donné instruction pour ne plus réagir aux déclarations et aux décisions des responsables algériens et d’éviter toute escalade. Rien que ça, car Bourita qui a qualifié de contradictoires les déclarations des responsables algériens fait une grossière bourde en affirmant que son pays n’a aucune intention de changer à la réalité géographique entre les deux pays. Ce n’est ni plus ni moins qu’un aveu qui démontre le bellicisme de son pays qui continue de cultiver des visées expansionnistes vers l’Est en annexant des territoires algériens. Selon plusieurs sources, certains manuels scolaires marocains continuent de défendre l’idée du Grand royaume du Maroc qui englobe Béchar, Tindouf et d’autres contrées du sud-ouest algérien.

L’agresseur joue à la «Sainte-nitouche»
Le Maroc donne l’impression d’être la victime des pratiques de l’Algérie. Son ministre des Affaires étrangères feint d‘oublier que durant l’été 2021, de grandes parties des massifs boisés du nord algérien ont été la proie à des incendies commandés par des officines du Makhzen. Le voisin « qui nous veut du bien », avait bien claqué la porte de l’Union du Maghreb arabe, en 1995, quand l’Algérie menait une guerre contre le terrorisme. Tous ces faits historiques, Bourita les balaye d’un revers de la main pour faire porter à notre pays la situation tendue entre les deux pays, qu’il a tenté de justifier par la guerre de 1963 et par le soutien de l’Algérie à la cause des Sahraouis.
Pire, il a tenté de faire encore une fois la promotion de l’image du Maroc qui veut comme cadre pour la solution du problème sahraoui, les résolutions onusiennes et la volonté de la communauté internationale mais dans le strict cadre de son initiative de large autonomie. Question de roublardise, on ne peut pas faire mieux. « Le Maroc n’a jamais rejeté les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU concernant le problème sahraoui, mais c’est bien l’Algérie qui les rejette », a-t-il indiqué à France 24.
Le ministère des Affaires étrangères de l’entité sioniste verse dans la même rhétorique en tentant de minimiser la portée de la décision du gel de l’octroi à Israël du statut d’observateur au sein de l’UA. Il a présenté  la décision de mettre sur pied une commission composée de sept membres pour discuter de propositions à soumettre au sommet de l’UA, comme un sursis que s’est accordée l’Union pour mieux s’ouvrir à l’État hébreu. Il ne s’empêchera de vouloir présenter la victoire de la diplomatie algérienne comme un non-événement qui n’aura pas d’impact sur la volonté  de l’entité sioniste de vouloir développer sa coopération avec les pays africains.
Or il feint d‘oublier que c’est la nature raciste et criminelle d’Israël qui l’a rendu persona non grata auprès de plusieurs pays et plusieurs institutions internationales.
Slimane B.