assoul

IL DEMANDE LA DISSOLUTION DU PARTI DE ZOUBIDA ASSOUL : Le ministère de l’Intérieur saisit le Conseil d’État

Le bras de fer engagé entre l’Union pour le changement et le progrès (UCP) dirigé par Zoubida Assoul et le ministère de l’Intérieur ne semble pas près de se terminer. Aux dernières nouvelles, et selon des informations reprises hier par des médias, le département de Kamel Beldjoud passe à l’action après avoir annoncé, il y a quelques jours, des poursuites judiciaires contre le parti et sa présidente.

En effet, selon les mêmes sources, le ministère de l’Intérieur a introduit une requête auprès du Conseil d’État. Un écrit à travers lequel il demande crûment la dissolution de l’UCP. Et pour cause, selon des indiscrétions, le parti de Zoubida Assoul est dans le collimateur après ses récentes rencontres avec les ambassadeurs de quelques cinq pays européens, dont particulièrement le représentant diplomatique de la France. Bien que les intentions de François Gouyette à l’égard de l’Algérie sont un Secret de Polichinelle, à s’interroger toutefois sur les motivations d’un reproche, sachant que les entrevues avec les ambassadeurs étrangers n’est pas exceptionnelle à Zoubida Assoul.
En revanche, dans un communiqué, diffusé le 23 avril dernier, le département ministériel a évoqué un problème de conformité du parti et de sa présidente avec la législation régissant les formations politiques.
Autrement, il a été enregistré une situation « illégale » de l’UCP et la « non-conformité » de ses activités et celle de sa présidente avec la législation en vigueur, accuse le ministère de l’Intérieur, ajoutant que Mme Zoubida Assoul « poursuit ses activités sous couvert de la présidence du parti (UCP, ndlr), en dépit de l’absence d’un statut juridique, conformément aux dispositions de la loi fondamentale du parti ». Le lendemain, dans une réponse rendu publique par communiqué de presse, l’UCP a démenti les accusations du ministère de l’Intérieur, expliquant que le parti a tenu son congrès électif le 10 avril dernier, « en présence d’un huissier de justice, et ce conformément à la loi organique régissant les partis politiques ».Un congrès à l’issue duquel, se défend le parti, le bureau exécutif de l’UCP présidé par madame Zoubida Assoul a été élu.
Farid Guellil