RASD

IL CONTRECARRE SA PROPAGANDE À L’ONU DANS UNE MISSIVE ADRESSÉE AUX CHEFS DES MISSIONS DIPLOMATIQUES : Le Front Polisario cloue le bec au Maroc

Le Front Polisario a démenti à New York les allégations infondées, relayées par le Maroc concernant la violation du cessez-le-feu et le blocage dans la nomination de l’Envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara occidental.

Dans une missive adressée aux chefs des missions diplomatiques à l’ONU, dont nous disposons d’une copie, le représentant du Font Polisario à l’ONU, Sidi Omar, a rétabli les faits et dévoilé les allégations sans fondement de l’État occupant marocain concernant le cessez-le-feu de 1991, la nomination de l’Envoyé personnel du SG pour le Sahara occidental et la situation des droits de l’homme dans les territoires sahraouis occupés. Il a affirmé que « la violation documentée,  par le Maroc du cessez-le-feu de 1991 et de l’Accord militaire n1 de 1997-8 dément l’allégation du Maroc qui plus est, nie,  depuis le 13 novembre 2020, l’existence d’un conflit au Sahara occidental ».  » Tout en persistant dans le déni, le Maroc continue d’affirmer son engagement en faveur d’un cessez-le-feu et d’un processus de paix qu’il a lui-même torpillé », a indiqué le représentant sahraoui.  » En outre, la violation par le Maroc des termes de l’Accord militaire no 1 constitue une violation flagrante des résolutions du Conseil de sécurité, y compris la résolution 2548 (2020), qui a réaffirmé la nécessité de respecter pleinement les accords militaires conclus avec la MINURSO en ce qui concerne le cessez-le-feu », a-t-il ajouté.
 » L’ONU a reconnu la reprise des hostilités au Sahara occidental, mais elle garde le silence sur la partie responsable de la violation du cessez-le-feu « , a déploré sidi Omar. Il a ajouté que la  » reconnaissance de la reprise des hostilités par l’ONU ,  porte un coup retentissant à l’affirmation maintes fois répétée de l’État d’occupation marocain selon lequel aucun conflit armé n’a eu lieu au Sahara occidental depuis le 13 novembre 2020 « . M. Sidi Omar souligne aussi que  » l’obstruction délibérée du Maroc aux efforts visant à nommer un nouvel émissaire pour le Sahara occidental renseigne sur ses véritables intentions « .  » Après avoir entravé les efforts du président Horst Köhler qui a démissionné en mai 2019, pour maintenir le statu quo, l’État occupant marocain a décidé de contrecarrer tous les efforts ultérieurs visant à nommer un nouvel Envoyé personnel ».  » Ce n’est un secret pour personne que le Maroc n’a pas seulement opposé son veto à plusieurs candidats au poste d’envoyé personnel mais il a également tenté d’influencer le processus grâce à un ensemble de conditions préalables qui excluent abusivement les ressortissants d’un groupe d’États membres de l’ONU, notamment l’Australie, l’Allemagne, les Pays-Bas, les pays scandinaves ainsi que la Suisse, entre autres « .  » Il est tout à fait clair que la Maroc  n’a aucune volonté politique de s’engager dans un processus authentique et crédible. Son objectif est simplement de maintenir le statu quo « , a-t-il précisé. Le représentant sahraoui a en outre,   déploré la persistance des violations flagrantes des droits de l’homme au Sahara occidental occupé et l’enfer fait aux Sahraouis dans les grandes villes occupées du Sahara occidental.
M. Bendib