Enterrement

FUNÉRAILLES D’AHMED GAÏD SALAH : L’ultime hommage des Algériens

Hier, c’était le jour des obsèques nationales rendues au vice-ministre de la Défense nationale et chef de l’état-major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah. Une journée de deuil national qui a fait réagir l’ensemble des Algériens, personnalités connues et anonymes, qui ont fait part de leur chagrin et émotions.
Affichant des profils internet sous le noir et blanc, insérant des versets coraniques ou portant le portrait de Gaïd Salah, les Algériens ont réagi sur les réseaux sociaux pour rendre hommage à l’homme qui a choisi, en pleine crise politique dans le pays, de se dresser derrière la volonté populaire et aller sur la voie constitutionnelle jusqu’à l’organisation de l’élection présidentielle qui a vu sortir de l’urne Abdelmadjid Tebboune.
Le Courrier d’Algérie a recueilli certains de ces témoignages portés en mémoire au chef de l’ANP, enterré hier au carré des martyrs du cimetière d’El Alia.
Un internaute a ainsi écrit : « C’est un grand moudjahid qui nous quitte. Avec son départ, l’Algérie a perdu un grand symbole du nationalisme. Que Dieu, le Tout-Puissant, l’accueille en Son Vaste Paradis. Que Dieu gardera notre pays de tout malheur ». Un autre a écrit également : « Quand c’est un grand homme qui décède, le comportement humain a tendance à compatir solennellement dans le calme et la sérénité. Quoique l’on dise sur le compte de Ahmed Gaïd Salah, on ne pourra jamais lui rendre l’hommage qu’il méritait, tellement ses contributions et sacrifices pour la patrie ont été énormes et sans égales».
Ahmed Rouadjia, écrivain, livre son témoignage : « Contrairement à ses prédécesseurs, le vieux militaire algérien que fut le général Ahmed Gaïd Salah a toujours refusé l’usage de la force contre un peuple désarmé en rappelant qu’il ne pouvait oublier les souffrances inouïes de ce peuple durant son combat contre le système colonial (…)»
Un autre, Lakhdar Daça, journaliste, se contente seulement de ces mots : « Adieu mon général et chef de l’état-major ! Adieu, le lion de l’ANP ! Adieu 3ami (oncle) Salah ! ». « Ce que je retiens de Ahmed Gaïd Salah, c’est cet engagement fort, depuis le 22 février, qu’aucune goutte de sang ne sera versée (…)», a expliqué Hassane Ferli, sur sa page facebook, également ancien militant du FFS. « Je retiens aussi en ce 23 décembre, date anniversaire du décès de Hocine Aït Ahmed, un général au garde-à-vous devant sa dépouille, bien que nous ayons demandé à ce qu’aucun officiel ne soit présent », a-t-il ajouté. Dans le même sens, un autre a ajouté : « La Nation algérienne vient de perdre un grand leader et un héros valeureux. Un homme qui a tenu toujours ses engagements sans déviation. Il a dépensé tout son temps et ses forces dans le djihad contre le colonisateur français, dans son jeune âge, et dans la lutte contre la grande Fitna ensuite. Il était d’un grand apport dans l’évitement du pays de sombrer dans la Fitna et les appétits voraces des pays étrangers. Il s’est dressé tel un bouclier contre les ennemis de l’intérieur et de l’extérieur. Il a toujours appelé le peuple à rester vigilent sur l’unité et la sécurité de sa patrie ».
Pour sa part, Djalal Mennad, journaliste, a commenté : « Les successeurs de Gaïd Salah dans les Institutions de l’État sont nombreux. Il n’y a pas à craindre quoi que ce soit sur l’Algérie après son départ. Car, il avait jeté les bases d’une nation qui ne disparait pas avec la disparition des hommes … la politique étrangère a ses principes et objectifs très enracinés alors que la politique intérieure est sur la voie de réformes et d’amélioration ».
Enfin, au-delà des réseaux sociaux, sur le terrain, des centaines de milliers de citoyens ont tenu à marquer, hier, leur présence au Palais du peuple et tout au long du parcours emprunté par le cortège funèbre jusqu’au cimetière d’El Alia, où le défunt, Ahmed Gaïd Salah, a été inhumé dans l’après-midi.
Des citoyens ; hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, sont sortis tôt le matin et se sont regroupés le long des artères que le cortège a emprunté, exprimant leur deuil et leur profonde tristesse au défunt Général de corps d’Armée, tout en scandant des slogans à sa gloire.
Hamid Mecheri