Halfaia et Saâdaoui

Enregistrement sonore : La LFP se constitue partie civile

La Ligue de football professionnel (LFP) s’est constituée partie civile dans l’affaire de l’enregistrement sonore ayant impliqué le directeur général de l’ES Sétif, Fahd Halfaïa et le manager de joueurs Nassim Saâdaoui, mis sous mandat de dépôt dimanche par le tribunal de Sidi M’hamed (Alger), a-t-on appris jeudi de l’instance dirigeante de la compétition. « La LFP s’est officiellement constituée partie civile dans cette affaire. Comme je l’ai dit auparavant, cet enregistrement sonore est un véritable scandale que nous dénonçons avec force », a affirmé à l’APS le vice-président de la LFP, Farouk Belguidoum. Halfaïa est accusé de corruption en vue d’arranger des matchs de football, alors que Saâdaoui est poursuivi pour corruption en vue d’influencer le résultat d’un match, diffamation, atteinte à la vie privée d’autrui, ainsi qu’enregistrement d’appels téléphoniques sans consentement. Les deux accusés encourent une peine allant de 2 à 10 ans d’emprisonnement, selon le procureur de la République. Lors de sa conférence de presse lundi, le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’ham,
ed a indiqué que l’expertise de l’enregistrement a montré qu’il s’agit bien des voix des accusés et que ce n’était pas un montage. La comparution des différentes parties liées à cette affaire fait suite à la plainte contre X déposée par le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS). Le Bureau exécutif de la LFP a tenu jeudi une réunion, avec à l’ordre du jour plusieurs sujets, notamment cette affaire de l’enregistrement sonore qui est en train de défrayer la chronique. Par ailleurs, Belguidoum, également porte-parole de la LFP, a indiqué que la Ligue entamera « dès la semaine prochaine » une série de rencontres avec les clubs professionnels pour aborder le protocole sanitaire relatif à une éventuelle reprise du championnat, suspendu depuis le 16 mars en raison de la pandémie du nouveau coronavirus (COVID-19). « Cette rencontre ne se déroulera pas via visioconférence, comme ça se fait depuis le début de la pandémie. Les membres de la LFP vont se déplacer eux-mêmes pour rencontrer les présidents de club par régions, et aborder ce sujet », a-t-il ajouté. Enfin, Farouk Belguidoum a affirmé que la LFP a également traité le point concernant les clubs condamnés par la Fédération internationale (Fifa) à régulariser financièrement certains de leurs joueurs étrangers, ces derniers ayant recouru à l’instance internationale pour être rétablis dans leurs droits. « Dans la continuité de la décision prise par la Fédération algérienne (FAF) lors de la dernière réunion de son Bureau fédéral, la LFP s’est attelée sur le sujet et s’est engagée à aider les clubs à régler leur situation vis-à-vis de la Fifa », a-t-il conclu.