Syndicats

EN DÉPIT DES MISES EN GARDE DU MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION : L’intersyndicale décide de poursuivre la contestation

L’appel du ministère de l’Éducation lancé mardi à l’intersyndicale du secteur de renoncer à son mouvement de contestation n’a pas été entendu. Hier, les travailleurs de l’Éducation ont été nombreux à se rassembler devant les différentes directions de l’éducation de wilayas pour exiger la prise en charge urgente des revendications socioprofessionnelles.
À en croire les déclarations du porte-parole du Conseil des lycées d’Algérie, Zoubir Rouina, qui s’est exprimé dans les médias ; « les enseignants ont répondu massivement à l’appel de la coordination des syndicats autonomes  en se retrouvant devant les sièges des Directions de l’éducation dans plusieurs wilayas. Ceci intervient suite au communiqué publié et cosigné par 14 formations syndicales le mardi 18 mai, ayant appelé les travailleurs à la mobilisation pour réclamer notamment l’amélioration du pouvoir d’achat, le rétablissement de la retraite anticipée et la révision du statut particulier. Pour cette coordination les réunions organisées en cours de semaine entre les syndicats et le ministre de l’Éducation en application  du dialogue social impulsé par le président de la République « sont loin de répondre aux revendications urgentes  des enseignants ». Dans un long communiqué publié mardi sur sa page officielle facebook, le MEN s’est dit «étonné» par la décision de «certains syndicats» d’organiser mercredi un rassemblement devant le siège du ministère et de boycotter notamment tous les travaux de fin d’année ainsi que les examens officiels « au moment ou des rencontres bilatérales sont tenues depuis le 17 mai « pour le règlement de tous les problèmes des travailleurs. Selon le MEN, ces appels interviennent alors que le ministère ne ménage aucun effort pour la prise en charge des revendications sociales et professionnelles des fonctionnaires et du maintien du dialogue avec les partenaires sociaux pour la révision du statut particulier. Faisant état, d’autre part, de la décision du tribunal administratif sur l’illégitimité des actions de contestations prévues dans le communiqué publié le 18 mai passé et signé par 14 représentants de syndicats, le MEN avait recommandé à cette coordination de renoncer au rassemblement national devant la tutelle ainsi que de tout autre « comportement pouvant perturber le travail pédagogique ou administratif dans le secteur de l’Éducation
Considérant ces appels comme une violation flagrante à la réglementation en vigueur, le MEN rappelle que le respect de toutes les tâches administratives de fin d’année ainsi que l’encadrement des examens officiels fait partie des obligations légales auxquelles les fonctionnaires de l’éducation sont soumis.
A. N. Chalal