tebbounep3

DIFFICULTÉS FINANCIÈRES À L’AUNE DU COVID-19 : Le Président instruit le recouvrement des taxes et créances 

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé lors d’une réunion du Conseil des ministres qu’il a présidée hier, des mesures supplémentaires et « immédiates », pour faire face à la propagation du Covid-19. Parmi les mesures prises, l’importance d’accélérer le recouvrement des impôts et taxes ainsi que les crédits octroyés par les banques publiques.

Ce la veut dire que l’état s’est bien lancée dans le sens de restituer son argent. Si cette démarche est accélérée en ce contexte difficile marqué par la propagation folle du coronavirus, cela sous-entend que les autorités publiques sont en train de rationnaliser les ressources et tentent de gérer cette crise sanitaire avec les moyens existants.
Les recettes fiscales, dans la plus part des pays en voie de développement, représentent la base des ressources publiques. En Algérie, les ressources fiscales constituent un instrument important au service de l’état pour faire face à se engagements en tant que garant du bien être social. Les recettes budgétaires proviennent soit d’une fiscalité directe, soit des prélèvements sur les biens et services encore appelés impôts indirects, soit enfin de taxes sur les importations. Si la démarche est enclenchée, ce ne sont pas les entreprises publiques qui sont concernées, mais celle et surtout opérant dans la sphère privée. C’est le moment pour accélérer la démarche pour récupérer l’argent de l’état auprès des entreprises publiques et privées et les crédits octroyés par les banques. Les entreprises sont donc obligées de payer les impôts le plutôt possible. Des milliers d’entreprises doivent recouvrer les créances qu’elles détiennent auprès de l’état et des collectivités locales. Les banques sont aussi concernées par cette instruction, notamment réclamer le remboursement des crédits octroyés aux investisseurs et porteurs de projets. à cet effet, les concernés doivent faire preuve d’esprit de solidarité et se conformer à ce qui a été recommandé par les pouvoirs publics pour faire face à la crise sanitaire actuelle et mobiliser les ressources financières nécessaires.
H. Hadjam