Ghali

AVEC L’ESCALADE DE LA PANDÉMIE DU COVID-19 : Le président Ghali appelle à la libération des détenus sahraouis

Le président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), Brahim Ghali, a appelé les Nations unies à intervenir en urgence pour la libération immédiate des prisonniers sahraouis en « situation dangereuse » dans les prisons marocaines avec l’escalade de la pandémie du coronavirus (Covid-19).

Dans une lettre adressée dimanche dernier, au secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, le président sahraoui a soutenu qu’ »avec l’escalade de la pandémie du Covid-19 dans diverses parties du monde, y compris le Royaume du Maroc, la situation de ces prisonniers laisse présager une évolution dangereuse, en ce qui constitue une menace réelle pour leurs vies, en raison des conditions de vie difficiles dans les prisons de l’état d’occupation marocain ». Le secrétaire général du Front Polisario, président de la RASD, Ghali, a, en outre, alerté que la « propagation de l’épidémie de ce virus dangereux et les mesures urgentes nécessaires, notamment pour éviter les grands rassemblements et la surpopulation, sont en totale contradiction avec la situation dans laquelle ces prisonniers civils se trouvent dans des prisons marocaines réputées pour leur surpopulation ». « Au fur et à mesure que l’épidémie du Coronavirus se propage, les maintenir dans ces conditions est carrément du terrorisme et une action irresponsable, qui peut à tout moment entraîner des conséquences imprévisibles », a dénoncé Ghali, soulignant que « la communauté internationale ne peut rester indifférente à un tel mépris de la vie humaine ». Le président sahraoui a, par ailleurs, expliqué dans sa lettre, que « l’état d’occupation marocain a arrêté ces prisonniers civils sahraouis parce qu’ils défendaient le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance, qui est garanti par la Charte et les résolutions des Nations unies ». « Les autorités marocaines ont non seulement procédé à la détention injuste de ces personnes, mais les ont exposées à des pratiques illégales et immorales, notamment des procès militaires, des tortures et des expulsions loin de leurs familles, ce qui a conduit à leur détention aujourd’hui dans des cellules qui ne remplissent pas les conditions sanitaires minimales », a-t-il poursuivi. Par ailleurs, Dans son rapport annuel de 2019 sur les droits de l’Homme présenté au mois de janvier dernier, l’ONG américaine de défense des droits de l’Homme, Human Rights Watch, a enregistré « la détention continue de 23 Sahraouis par le Maroc après avoir été condamné à la suite de procès inéquitables en 2013 et 2017 sur la base d’aveux forcés, sans enquête sur leur torture physique dans les postes de police et de la gendarmerie, après les affrontements qui avaient éclaté suite au démantèlement violent et sanglant par les autorités marocaines du camp de la dignité, Gdeim Izik, près d’El-Ayoun occupée, en 2010″. L’ONG a également souligné que le processus de paix supervisé par les Nations unies, entre le Front Polisario et le Maroc, pour l’autodétermination du peuple sahraoui, est au point mort depuis la démission de l’envoyé personnel du S.G. de l’ONU pour le Sahara occidental, Horst Köhler, et qu’aucun successeur n’est désigné pour le moment.
R. I.