Covid-19

LE MINISTÈRE DE LA SANTÉ L’A ANNONCÉ HIER : Un médicament local pour traiter les cas de Covid-19

Face à la pandémie du Coronavirus, les règles sanitaires et pharmaceutiques mondialement connues sont bousculées. Les ravages causés par le Covid-19, d’abord en Chine avant de se propager pour semer la mort en Europe et en Amérique, ont précipité les travaux des laboratoires scientifiques en quête d’un antidote. Cette course contre la montre a donné naissance à une guerre qui ne dit pas son nom entre les puissances. À présent, la Chine, les États-Unis, la France et l’Allemagne y mettent les bouchées doubles et s’arrachent l’exploit sur lequel repose la vie de millions de personnes. L’Algérie, qui compte son lot de victime du Covid-19, n’est pas en reste. Le pays s’est lancé dans la course à la recherche d’un médicament pour soigner les cas algériens admis dans les hôpitaux. C’est ce qu’a révélé, hier, dans un point de presse, Abderrahmane Benbouzid, ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. « Suivant les essaies effectués par quelques pays, le Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du coronavirus, a décidé de mettre en place un protocole concernant un traitement nouveau, basé sur un médicament local et d’importation. Cet antidote, disponible en quantités importantes, sera administré sur les sujets confirmés au Covid-19 », a révélé le ministre de la Santé. R. N.