Deuxième jour du Bac partiel : le sujet de maths abordable

Les épreuves partielles du Baccalauréat-2016 se sont poursuivies, hier ; au menu l’examen de mathématiques pour la filière des sciences expérimentales. Avec deux sujets au choix, les candidats ont qualifié l’épreuve d’abordable.

L’examen de mathématiques, auquel il a été consacré 3h et 30 minutes de temps, s’est passé dans le calme, ont en effet laissé entendre des candidats que nous avons rencontrés, hier, aux abords des établissements. Bien que démoralisés et démotivés par la réorganisation du Bac durant les jours de carême, nos interlocuteurs tentent de rester optimistes, et s’accrochent à leur souhait de décrocher leur diplôme. C’est le cas de Manel qui reconnaît la difficulté de devoir reprendre les révisions à zéro surtout que sa filière a été la plus touchée par la fuite. «Je n’avais vraiment pas la force morale et physique de me remettre aux cahiers», a-t-elle déclaré. Même son de cloche chez Ahlem qui confie être fatiguée et épuisée. «Nous avons tout donné lors de la première session. Maintenant nous comptons juste sur la chance», a-t-elle révélé. En ce qui concerne la qualité des questions, Ahlem a estimé que pour l’instant c’était à la portée de tous. «Celui qui a suivi avec attention ses cours durant l’année, pourra répondre sans difficulté». Il faut dire que chez les candidats ce n’est pas la joie. La plupart estiment qu’ils payent pour une chose dont ils ne sont pas responsables. La fuite de sujets lors de la session précédente a eu un impact très négatif sur l’ensemble de la famille éducative et pas seulement sur la crédibilité du Bac. Les plus touchés restent les candidats qui n’acceptent pas le fait de passer presque deux Bac en l’espace d’un mois. Les parents sont aussi démoralisés que leurs enfants. Rencontrés un peu partout devant les lycées de la Capitale, ils se sont indignés contre les responsables de la fuite. Selon eux, les efforts accomplis durant toute l’année ont été gâchés. «L’État doit punir sévèrement les coupables», ont-ils appelé à l’unanimité.

Le VPN cloud à la rescousse des internautes
L’accès aux réseaux sociaux durant cette période de blocage n’a pas été impossible. Grâce à une application nommée VPN, les internautes ont pu facilement se connecter à facebook. Les candidats au Baccalauréat partiel se sont eux aussi servi de l’application. Rencontrés, hier, ils ont en effet assuré que le VPN fonctionnait normalement et ça leur a permis de rester connecter malgré les dispositions prises par les autorités pour faire face à la fraude. Il convient de noter à ce propos que de faux sujets ont circulé sur la Toile avec le témoignage des candidats. Après tout ce qui s’est passé, des parties tentent de perturber encore une fois le déroulement de cet examen sans prendre conscience de l’impact que cela puisse avoir sur le moral des élèves. Pour rappel, 555 177 candidats sont concernés par les épreuves partielles du Baccalauréat au titre de la session de juin 2016, et dont l’organisation a été décidée, suite à la fuite des sujets de certaines matières lors de l’examen qui s’est déroulé du 29 mai au 2 juin. La coupure des réseaux sociaux, notamment Facebook et Twitter, s’inscrit dans le cadre des mesures adoptées par les autorités concernées pour faire face aux fuites des sujets. Les épreuves partielles concernent sept (7) matières pour les Sciences expérimentales, quatre (4) pour les filières Mathématiques, Maths-tehnique et Gestion-économie, et une (1) seule matière pour la filière Langues étrangères. Pour les Sciences expérimentales, les matières à refaire sont les mathématiques, les sciences de la nature et de vie, la physique, le français, l’anglais, l’histoire-géographie et la philosophie. Les candidats des filières Mathématiques, Maths-technique et Gestion-économie repassent les épreuves de français, d’anglais, d’histoire-géographie et de philosophie. Pour la filière Langues étrangères, seule l’épreuve d’histoire-géographie est repassée. Les résultats seront annoncés le 15 juillet prochain.
Ania Nait Chalal