Après la décapitation de 21 égyptiens par Daech en Libye : l’aviation égyptienne bombarde Derna

Le Caire n’a pas tardé à riposter, dès hier matin, à l’assassinat, la veille, de 21 Égyptiens par les terroristes de Daech. Des frappes de l’aviation militaire ont bombardé, hier dès l’aube, des positions des terroristes de Daech à Derna, situé à l’ouest de la Libye. Les forces aériennes égyptiennes ont bombardé, tôt hier, les positions des groupes terroristes de Daech, situées à Derna, à l’est de la Libye. Le président Abdel-Fattah As-Sissi a déclaré, dans un discours diffusé à la Télévision nationale égyptienne, après la diffusion, dans la soirée de dimanche, des images de cet odieux assassinat, que son pays «choisira les moyens et le moment opportun pour venger ces meurtres», annonçant un deuil national de sept jours. L’avertissement du Président égyptien n’a pas tardé à se traduire, quelques heures après l’avoir annoncé, l’aviation égyptienne a mené des frappes. Opérations qui interviennent aussi, quelques heures après la réunion d’urgence convoquée, dans la soirée de dimanche, par le Président égyptien avec le Premier ministre, les ministres de la Défense et de l’Intérieur, ainsi que de hauts dirigeants de l’armée égyptienne. Dans le communiqué de l’armée égyptienne, diffusé après le début des opérations de frappes, il est indiqué que l’opération militaire viserait des camps, des sites d’entraînement et des arsenaux de Daech, en Libye, situés à proximité de la frontière avec l’Égypte. Entre 40 à 50 terroristes ont été éliminés par les raids aériens égyptiens, engagés hier à l’aube, selon un responsable militaire de l’armée libyenne, a rapporté la télévision. «Vos forces armées ont mené, lundi, des frappes aériennes en Libye, contre des camps, des lieux de rassemblement et d’entraînement et des dépôts d’armes de Daesh», a affirmé l’armée égyptienne, dans le communiqué précité. La Télévision d’État a montré des images d’avions de combat, égyptiens, décollant, en vue de mener des frappes contre les positions des groupes terroristes de Daech. L’institution militaire égyptienne a souligné, dans son communiqué, que «les frappes ont été menées en conformité avec les décisions du Conseil national de la Défense et les droits de l’Égypte de défendre la sécurité et la stabilité de son grand peuple», avant d’ajouter, «et en représailles des actes criminels, commis par des terroristes à l’intérieur et à l’extérieur du pays». Des frappes menées «avec précision» par les avions militaires, qui «sont rentrés à la base», est-il mentionné dans ledit communiqué. Les frappes de l’aviation militaire égyptienne, contre les positions de Daech, ont ciblé le quartier d’Essayeda-Khadidja, la région de Cheyha et d’autres, dont 5 maisons démolies, appartenant à des responsables de Daech, ont rapporté, par ailleurs, hier, des médias, selon des sources locales. Côté libyen, un responsable militaire a annoncé, tôt, le début d’une offensive militaire contre les positions des groupes terroristes de Daech, précisant que les opérations militaires cibleraient des objectifs des terroristes de Daech, à l’ouest de la Libye. Aussi, du côté libyen, un appel à été lancé par les forces de Fejr Libya, invitant, hier, les Égyptiens à quitter, dans les 48 heures, le sol libyen, pour leur protection d’éventuels actes de vengeance, qui risquent de se manifester. Pour rappel, dès le début de la crise libyenne, puis l’intervention de l’Otan, aboutissant à la chute du régime Khadafi, des observateurs et des professionnels des médias avaient averti l’opinion, libyenne, régionale et internationale, sur les conséquences de la mise de la ville de Derna sous contrôle des islamistes extrémistes de Majilis Choura Chabab el-islam-, lequel a prêté, en octobre dernier, allégeance à Daech. Dans sa réaction à l’assassinat des 21 Égyptiens, décapités par Daech, El-Azhar a condamné, dans la soirée de dimanche, ce crime qu’il a qualifié «de barbare et d’odieux». Le porte-parole de l’Église orthodoxe d’Égypte, après avoir annoncé que «nous avons visionné la vidéo insoutenable, et nous pouvons confirmer que les victimes sont nos fils kidnappés en Libye», Polis Halima a annoncé que l’Église était en contact avec «plusieurs institutions gouvernementales pour faire face à la situation», ne manquant pas de condamner cet acte odieux. Pour rappel, les 21 victimes ont été kidnappées dans deux opérations différentes, à Syrte. La première, décembre dernier, qui a vu 8 Égyptiens kidnappés par les terroristes de Daech, et la seconde, une semaine après, en janvier dernier, par le kidnapping de 13 autres Égyptiens.
Karima Bennour

L’Algérie réagit : «Un crime abject»
L’Algérie a condamné, hier, le massacre «abject» des 21 Égyptiens, en Libye, par le groupe terroriste Daech. Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a affirmé, hier, que l’agression terroriste ayant ciblé des ressortissants égyptiens innocents, en Libye, «en appelle à l’intensification des efforts pour encourager les Libyens à s’engager dans le dialogue». Soulignant, plus loin dans ses propos, l’importance «d’encourager les Libyens à interagir avec les efforts déployés dans ce sens, que ce soit par l’Algérie, ou l’ONU, pour mettre un terme à la spirale de violences, et parvenir à une solution pacifique».

France : Jean-Yves Le Drian au Caire
Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, est arrivé, hier, dans la capitale égyptienne, en vue de procéder à la signature du contrat de vente de 24 avions de chasse «Rafle», ainsi que d’une frégate Fremm du groupe naval DCNS, et de missiles fabriqués par le groupe européen MBDA. Contrat dont les observateurs avisés n’ont pas manqué de faire remarquer qu’il a été conclu en un temps record. L’arrivée du responsable français intervient, quelques heures, après l’opération des frappes de l’aviation militaire égyptienne, contre les positions de Daech, en Libye, en réaction au crime odieux, commis par ces terroristes, dont ont été victimes 21 Égyptiens. Par ailleurs, Le Drian arrive dans la capitale égyptienne, au lendemain de la visite au Caire du président russe, Vladimir Poutine. Visite durant laquelle, les deux présidents, Abdel Fattah As-Sissi et son homologue russe, se sont entretenus sur la coopération bilatérale, entre Moscou et Le Caire, notamment dans le secteur militaire, sur fond de leur relations traditionnelles dans ce domaine, avant la chute de l’ex-URSS.
K. B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>