Si affif

ALORS QU’ABADA confirme UNE SITUATION DE «FLOU» / Si Afif : «Personne n’a le droit d’exclure le parti FLN en tant que force politique ! »

Devant l’évolution des événements qui marquent le pays depuis la mobilisation pacifique des citoyens le 22 février dernier, tous les acteurs de la scène politique nationale n’ont pas manqué d’exprimer leurs positions et opinions, alors que d’autres se font discrets.
Le parti du Front de libération nationale (P/FLN) et ses partenaires de l’alliance présidentielle, le RND, MPA, TAJ et ANR qui ont préféré rester à l’ombre, depuis le 11 mars dernier, date de l’annonce de la feuille de route du Chef de l’État, ces partis qui ont soutenu le 5e mandat ont préféré opter pour le silence. Leurs sièges respectifs sont devenus presque sans animation, si ce n’est les annonces de démissions de leurs adhérents et de leurs élus des Assemblées populaires, et le parti FLN qui d’habitude ne manque aucune occasion pour manifester sa position vis-à-vis de toute actualité, son Coordinateur national, Mourad Bouchareb, demeure silencieux et loin des caméras et médias. Afin d’avoir de plus amples informations sur ce qui se passe au sein de l’ex-parti unique, contacté hier, par téléphone, le cadre responsable, Abdelhamid Si Afif, président de la Commission des affaires étrangères à l’Assemblée populaire nationale (APN), nous a affirmé que «le parti FLN est toujours présent sur la scène politique». Pour lui, sa formation politique «a donné sa déclaration sur la mobilisation pacifique des citoyens depuis le 22 février dernier» ajoutant que «nous respectons les revendications du peuple». Il a estimé, hier, que les doléances du mouvement populaire pacifique à travers le pays «sont légitimes et c’est un droit» a-t-il indiqué. Concernant l’absence de son parti, sur la scène politique nationale, remuée par la mobilisation des citoyens à travers l’ensemble des wilayas du pays, le président de la commission des affaires étrangères de l’APN, s’est contenté de nous indiquer que son parti «suit de très près ce qui ce passe et cherche actuellement la solution pour préserver l’Algérie» notamment, a-t-il précisé «en participant, comme force politique, à toute action qui peut nous faire sortir de cette crise». Apportant dans ses déclarations un démenti ferme sur le silence qu’observe son parti et ses responsables en lançant «nous sommes présents, plus que par le passé et personne n’a le droit d’exclure le Parti FLN en tant que force politique» nous a affirmé Si Afif. De son côté Abdelkrim Abada, le coordinateur du mouvement de redressement de l’ex-parti unique, a évité, hier, de répondre à nos questions, notamment sur les dernières déclarations du porte-parole du P/FLN, Hocine khaldoune affirmant que «Bouteflika faisait partie désormais de l’histoire» avant d’apporter un démenti, hier. Se contentant de nous dire «j’ai pas entendu ces déclarations» Abada nous a affirmé hier, que la situation de l’ex-parti unique «est  floue» notamment après la démission, poursuit-il «de certains membres» de cette formation politique. Concernant la feuille de route du Chef de l’État, notre interlocuteur a refusé toutes déclarations, en nous invitant «à consulter» celles qu’il a tenu à l’APS. Il est à noter par ailleurs, que des élus du P/FLN, relevant de l’Assemblée populaire communale de Larbaâ Nath Irathen, à Tizi-Ouzou, ont démissionné de leurs postes.
Sarah Oubraham