Une ONG dénonce les conditions de détention inhumaines : 456 Algériens dans les prisons italiennes

Le ministère italien de la Justice vient de dévoiler une liste de 7 261 détenus arabes détenus dans les prisons italiennes, dont 456 Algériens. La proportion des Algériens est la moins importante du Maghreb, puisque on décompte 3 722 Marocains et 652 Tunisiens.
Ce ne sont pas les motifs de la détention qui sont pointés du doigt, mais bien les conditions de détention, selon le rapport de Claudio Paterniti, chef de projets dans l’organisation italienne de défense des droits des prisonniers, «Antigone», qui confirme que les détenus venant de pays arabes vivent dans des conditions inhumaines. Ainsi : humiliations, coups, privations, crachats, racisme, exigüité des cellules sont pointés comme causes ayant entrainé certains cas de suicide parmi les prisonniers. Les geôliers italiens sont les principaux auteurs de ces dépassements et de ces cas de manquements aux droits des prisonniers.
Le rapport pointe aussi l’exigüité des cellules et l’organisation italienne de défense des droits des détenus, cite que l’espace réservé à chaque prisonnier ne dépasse pas quatre mètres carrés, une situation qui aurait engendré à elle seule, plusieurs cas de suicide.
Les nouvelles d’Italie semblent se suivre et ne pas se ressembler, puisqu’il y a seulement quelques jours, le décret régissant le flux des travailleurs étrangers hors Union européenne (UE) en Italie publié dans le journal officiel et accompagné de la circulaire du 17 Janvier 2018 des ministères de l’Intérieur et du Travail italiens, prévoyait 30 850 postes d’emplois dont 18 000 peuvent être sollicités par les algériens.
Le décret précisait que les ressortissants algériens peuvent solliciter les emplois du quota réservé aux travailleurs subalternes saisonniers hors UE avec les ressortissants de 28 autres pays. Les 12 850 postes d’emplois restants sont réservés par le décret de 2018 à l’entrée des ressortissants étrangers pour les travaux subordonnés non saisonniers et indépendants.
I.M. Amine