Un premier jour marqué par la mise en place de brouilleurs et détecteurs de smartphones : le BAC sous haute surveillance

Entamées hier à travers tout le territoire national, les premières épreuves du baccalauréat ont été marquées par une surveillance très renforcée. Outre, l’interdiction de téléphones portables, des brouilleurs et détecteurs de smartphones ont été également installés dans les centres d’examen.

Ainsi pour barrer la route à tout candidat à l’examen officiel du Baccalauréat voulant recourir à la triche à travers l’utilisation de moyens technologiques, et pour éviter la reproduction des scénarios précédents, le département de Benghebrit a pris toutes les dispositions nécessaires. En effet, le directeur de l’éducation d’Alger centre, Noureddine Khaldi, a affirmé lors du coup d’envoi du BAC que les épreuves de la première journée se sont déroulées dans des conditions normales, soulignant que des mesures rigoureuses ont été prises pour contrer toute tentative de fraude à travers la mise en place d’équipements de brouillage et de détection d’utilisation de smartphones pour l’envoi de sujets ou la réception de réponses au niveau des centres d’examen. Il a ajouté qu’une cellule de coordination et de suivi est opérationnelle au niveau de la Direction de l’éducation pour centraliser le signalement des éventuelles tentatives de fraude dans tous les centres d’examen d’Alger Centre. La surveillance a été également renforcée, faut-il le noter dans le même contexte. Interrogés à la sortie du centre d’examen Mohamed Amine El Amoudi à El Harrach, les candidats ont souligné, en effet, que le personnel chargé d’assurer la surveillance dans les salles était très strict. Les téléphones portables ont été confisqués à l’entrée de l’établissement, ajoutent les candidats. Concernant l’examen de langue arabe et de sciences islamiques, des candidats de filières lettres et langues et lettre et philosophie ainsi que la filière science, ont affirmé que les questions étaient abordables et à la portée de tous.
Même son de cloche chez les examinés de la filière gestion, les questions n’étaient pas difficiles et les premiers examens s’étaient déroulés dans le calme. Les candidats devront passer, aujourd’hui, l’examen de math la matinée, et l’examen d’anglais l’après-midi. Il convient de souligner que la capitale compte quelques 70.182 candidats au BAC. Sur ce total 21.845 relèvent de la direction de l’éducation d’Alger centre, 25.245 d’Alger et 23.092 Alger ouest, a fait savoir la directrice de l’éducation d’Alger ouest Sonia Kaid. Les épreuves ont lieu au niveau de 184 centres supervisés par 16145 encadreurs, a-t-elle précisé. Selon la directrice de l’éducation d’Alger ouest, tous les moyens matériels et humains ont été mobilisés pour assurer le bon déroulement des examens précisant que les lycées ont été dotés de systèmes de brouillage pour empêcher toute tentative de fraude. à l’échelle nationale, le Bac 2016 compte plus de 818.000 candidats qui sont sous l’encadrement de 223.210 enseignants et surveillants. L’examen de fin de cycle secondaire se déroulera jusqu’au 2 juin prochain dans 2.561 centres qui seront supervisés par 160.000 enseignants. Selon l’Office national des examens et concours (ONEC), 818.518 candidats sont inscrits à la session 2016 soit une augmentation de 19,73 % par rapport à l’année précédente. Sur ce total, l’on dénombre 549.593 candidats scolarisés et 268.925 candidats libres, soit un taux de 30% du chiffre global. Les filles représentent un taux de 67% du total des candidats et celui des détenus dans les établissements pénitentiaires est de 3.257. Prévue du 9 au 29 juin prochains, la correction sera confiée quant à elle, à 55.000 enseignants alors que les résultats ne seront connus que vers la fin juin et début juillet. En ce qui concerne la qualité des sujets, il est à rappeler que la ministre du secteur de l’éducation, Nouria Benghebrit, a affirmé récemment avoir donné des instructions aux enseignants et inspecteurs chargés de l’élaboration des sujets du BAC de prendre le niveau moyen comme une référence lors de la préparation des questions afin qu’elles soient à la portée de l’élève moyen. Pour éviter que des erreurs ne glissent dans les sujets, la ministre avait rappelé la création de deux commissions au niveau de l’ONEC chargées d’améliorer les contenus et d’éviter les erreurs comme c’était le cas l’année dernière, précisant que chacune des deux commissions travaillait distinctement. Benghebrit avait appelé, notamment, le candidat au calme et à la confiance en soi afin de pouvoir se concentrer et donner les bonnes réponses. Elle a indiqué que deux sujets ont été retenus pour chaque matière, faisant remarquer que l’ouverture des enveloppes d’examens était prévue à 8h30 au lieu de 8h afin d’accorder trente minutes supplémentaires aux candidats retardataires. Une fois les portes fermées, il ne sera autorisé à aucune personne d’entrer dans les classes et ce, dans le cadre de la lutte contre la fraude. D’autre part, Benghebrit avait souligné que les cartes d’identité biométriques des candidats au BAC, utilisées pour la première fois cette année, étaient prêtes à 100% dans certaines wilayas, imputant le retard accusé dans certaines communes à la délivrance et non à la fabrication. Toutefois, elle a rassuré les élèves n’ayant pu obtenir leurs cartes biométriques de se présenter munis de leur carte d’identité ordinaire.
Ania Nait chalal