tri selectif en algérie

Tizi Ouzou : Lancement du tri sélectif à travers les villages de la commune de Boudjima

La commune de Boudjima (30 km au Nord-Est de Tizi Ouzou) a décidé de se mettre au tri sélectif des déchets à travers l’ensemble de ses villages, a-t-on appris lundi du président de l’Assemblée populaire communale (APC), Smail Boukharoub.

«La décision a été prise à l’issue d’une réunion tenue avec les représentants des associations écologiques et des comités des 14 villages de la commune» , a indiqué l’édile communal, ajoutant que l’opération «fera l’objet d’une évaluation mensuelle», a-t-il déclaré, l’APC «se chargera de fournir le matériel nécessaire en distribuant, à cet effet, dans un premier temps quelque 53 nacelles en fonction du nombre d’habitants de chaque village». Citant l’exemple du village Tharihant, qui s’est déjà mis à ce procédé et «réussi à réduire sa production de déchets», le même responsable, affirme tabler sur «une réduction à hauteur de 20 à 30% de la production journalière de déchets qui est actuellement de 10 tonnes, dont la collecte est assurée par seulement quatre ouvriers municipaux». Deux entreprises de récupération de déchets en plastique et papier, créées dans le cadre du dispositif de l’Agence nationale du soutien à l’emploi des jeunes (Ansej) ont déjà été retenues pour s’occuper de la collecte en opérant des rotations à raison d’une fois par semaine. Par ailleurs, et s’agissant des déchets en verre, leur récupération devra «attendre le lancement d’un projet de récupération au niveau de Tala Athmane (commune de Tizi-Ouzou)», a déclaré Boukharoub, précisant que «l’emballage des boissons alcoolisées est déjà récupéré par des jeunes récupérateurs venus des autres wilayas». Pour leur part, les deux associations écologiques de la commune, Garoura et thazemourth igoujilen (l’olivier des orphelins), se chargeront du travail d’information et de sensibilisation en direction des ménages sur l’importance de l’opération et la nécessité de s’impliquer pour sa réussite. Cette décision, souligne par ailleurs, Boukharoub, n’est qu’une «suite logique de notre engagement en faveur de l’écologie et de l’environnement», rappelant, à ce propos, la décision prise par la commune de Boudjima, en septembre dernier, d’investir dans la production de l’énergie solaire. «Nous avions décidé l’acquisition de panneaux solaires qui seront installés sur les locaux abritant les services municipaux, notamment le siège de la mairie, avant de les généraliser à d’autres équipements publics de la municipalité», a-t-il fait savoir . Une démarche, a ajouté le responsable communal, qui a «un double objectif réduire la facture d’énergie de la commune qui atteint annuellement les 2.6 millions dinars et inciter les citoyens à l’utilisation des énergies renouvelables, moins coûteuses et plus propres». A cet effet, une première enveloppe financière pour la réalisation de ce projet, de 2 millions de DA , a-t-il précisé, «a été dégagée de la vente du matériel roulant réformé de la commune», assurant que les services de la commune s’attèlent à présent «à l’élaboration des fiches techniques pour lancer une consultation pour l’acquisition du matériel».