tebboune

TEBBOUNE-MÉDIAS / Mise au point : acte II

Depuis qu’il avait accédé au palais d’El Mouradia, Abdelmadjid Tebboune a installé des traditions propres à lui en direction de la presse nationale. D’où la naissance d’un nouveau rapport, par lequel s’est-il distingué de ses prédécesseurs, entre la Présidence et les médias.
C’est suivant cette méthode de faire qu’il reçoit, le 22 janvier dernier, dans une audience inédite, un nombre de responsables de journaux et de chaînes de télévision publics et privés. Le lendemain, durant toute la semaine d’après même, l’échange entre les deux parties a fait les choux gras de la presse nationale et a donné matière à plusieurs lectures, aussi bienveillantes que sceptiques.
De plus, le président Tebboune a promis de tenir des points de presse réguliers, au siège de la Présidence, avec des journalistes accrédités. Que demanderaient plus les médias, hormis d’accéder au droit à la communication publique, sachant qu’ils avaient longtemps évolué à la pénombre de celle-ci, où l’accès à l’information se faisait en gré à gré et au compte-gouttes. Seulement, une semaine plus tard, les services de communication de la Présidence ont diffusé une mise au point, selon laquelle, toute information puisée en dehors du canal APS est perçue comme non-officielle, donc susceptible d’être « non-fondée », voire même une « fake news ».
Hier encore, ce qui était considéré comme un « recadrage » à la mission d’informer à l’endroit des médias nationaux, a fait l’objet d’une autre mise au point, élargie, cette fois-ci, aux activités diplomatiques du président Tebboune. « La Présidence de la République rappelle, encore une fois, les médias nationaux privés et les différents supports et plateformes de communication, qui n’ont pas observé son communiqué du 28 décembre dernier, portant sur la diffusion des informations officielles émanant de la Présidence de la République, que toute information à caractère protocolaire ou lié aux relations internationales, dans le volet relatif à l’activité du Président de la République, doit être recueillie exclusivement de la source officielle auprès de la Présidence de la République ou reprise des communiqués rendus public par le canal de l’agence Algérie Presse Service (APS)», pouvait-on y lire.
Farid Guellil