djerradp3

PLAN NATIONAL DE VACCINATION : Un comité interministériel mis sur pied

Après près d’une année de lutte contre la Covid-19 qui, au demeurant, se poursuit, les espoirs reposent désormais sur le vaccin, dont les premiers lots arrivent au pays. Un défi en soi relevé, puisqu’il était question de débuter la campagne de vaccination en ce mois de janvier. À présent, comme l’ont suggéré des professionnels de la santé, à l’exemple du docteur Yousfi Mohamed de l’hôpital de Boufarik, place à l’élaboration d’un plan de vaccination. Chose tout aussi faite, avec la mise sur pied, hier, d’un Comité interministériel chargé du suivi de l’application du dispositif sur le terrain. C’est ce qu’a indiqué dans un communiqué, le Premier ministre Abdelaziz Djerad, à l’issue d’une réunion qu’il a lui-même présidée, dudit Comité installé sur instruction du président Tebboune. Lors de cette réunion, cite la même source, il a été arrêté « les modalités de suivi des commandes de vaccin permettant la couverture totale des besoins de la population, sachant que l’opération s’étalera tout au long de l’année 2021 ». Avant de décider ainsi, le Premier ministre s’est rassuré, auprès de tous les intervenants dans le processus de vaccination, au sujet des dispositions prises au niveau central comme local. Car, réussir le plan de vaccination entend respecter à la lettre les termes du processus.
À commencer par l’arrivée des vaccins dans les structures sanitaires affectées à cet effet, en passant par l’organisation logistique sur les lieux, jusqu’à la clôture de l’opération. Pour ce faire, et justement, il faudrait aussi arrêter un calendrier vaccinal pour parer à toute éventualité. Il est vrai, l’opération s’accommode du plan de vaccination d’usage dans les structures hospitalières d’il y a plusieurs années. Mais, sur le plan logistique la coordination doit être de rigueur pour éviter toute interruption du processus. Par exemple, un manque d’approvisionnement en vaccins suivant un besoin arrêté, pourrait jouer des tours au dispositif. D’où la nécessité d’arrêter un échéancier précis, élaboré, notamment, suivant les besoins en vaccins et les commandes passées auprès des fournisseurs, tout en respectant le facteur temps.
F. G.

POINT COVID-19
235 nouveaux cas, 196 guérisons et 4 décès
Deux cent trente-cinq (235) nouveaux cas confirmés de Coronavirus, 196 guérisons et 4 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures en Algérie, a annoncé, hier à Alger, le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus, Dr Djamel Fourar. Le total des cas confirmés s’élève ainsi à 107.122 dont 235 nouveaux cas, soit 0,5 cas pour 100 000 habitants lors des dernières 24 heures, celui des décès à 2888 cas, alors que le nombre de patients guéris est passé à 73152, a précisé Dr Fourar lors du point de presse quotidien consacré à l’évolution de la pandémie de Covid-19. En outre, 16 wilayas ont recensé durant les dernières 24 heures moins de 9 cas, 24 n’ont enregistré aucun cas, alors que 8 autres ont enregistré plus de 10 cas, a-t-il ajouté.
Par ailleurs, 33 patients sont actuellement en soins intensifs, a-t-il également fait savoir. Le même responsable a souligné que la situation épidémiologique actuelle exige de tout citoyen vigilance et respect des règles d’hygiène et de distanciation physique, rappelant l’obligation du respect du confinement et du port du masque.
APS