ghali

Le président sahraoui, Brahim Ghali, au Conseil de sécurité : «Concrétisez les efforts sur le terrain par l’application des résolutions»

Dans son allocution, à la 6e Conférence internationale sur le droit des peuples à la résistance, le cas du peuple sahraoui, qu’abrite durant deux jours Alger, le président de la République sahraouie, secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali a indiqué, hier, qu’avec la célébration par le peuple sahraoui, et son seul représentant légitime le Front Polisario, cette année du 45e anniversaire de la création du Front Polisario «persévère dans sa résistance avec le soutien de ses alliés et amis à travers le monde, avec une volonté infaillible et un engagement solide » a-t-il affirmé « pour atteindre son but suprême pour le recouvrement de sa souveraineté sur tout le territoire sahraoui, libre et indépendant » a-t-il déclaré. Saluant la tenue à Alger, de la Conférence internationale de soutien au droit du peuple sahraoui à la résistance contre l’occupation marocaine, au Sahara occidental, le président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) a fait savoir, qu’il n’était pas étonné de voir cet évènement international se tenir en Algérie, « terre de la résistance et de l’expression des positions de principes » en conformité avec la Légalité internationale. Devant une assistance nombreuse, avec de plus de 53 pays à travers le monde, représentant divers profils, parlementaires, juristes, universitaires, professionnels des médias, militants des droits de l’homme et les ambassadeurs des pays accrédités à Alger, Brahim Ghali a appelé le Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) « à concrétiser ses efforts sur le terrain», par l’application des résolutions de l’ONU sur le Sahara occidental, pour parachever le processus de décolonisation selon le Droit international. Le président sahraoui a adressé deux appels, à cette occasion, l’un au Conseil de sécurité et le second à l’Union africaine (UA). À l’adresse du Conseil de sécurité et l’ONU, le président sahraoui, secrétaire général du Front Polisario, les appelle à faire respecter par le Maroc les résolutions onusiennes, notamment, cite-t-il la 2351, il les invite « à exercer des pressions» sur l’occupant marocain, en vue d’amener ce dernier « à apporter des corrections» concernant la violation par Rabat du cessez-le-feu, dans son article 1, notamment à Guerguarat, dans les territoires libérés du Sahara occidental. Le président sahraoui demande au Conseil de sécurité, « l’adoption de mesures et de décisions concrètes» sur les violations par Rabat des droits de l’Homme des Sahraouis, et la politique d’oppression et de répression des sahraouis des territoires occupés du Sahara occidental. «Il est inadmissible que l’ONU soit absente pour faire respecter les droits de l’homme dans les territoires occupés » et d’ajouter également qu’il « est inadmissible que la Mission des Nations unies pour l’organisation du référendum au Sahara occidental ne soit pas dotée de mécanisme de surveillance des droits de l’Homme» a souligné le président Brahim Ghali, après avoir appelé à la libération sans conditions des détenus sahraouis, dans les geôles de l’occupant marocain, dont du groupe Gdeim Izik et les étudiants sahraouis. Sur les efforts en cours de l’envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara occidental, Horst Köhler, à propos desquels il a indiqué le 21 mars dernier, devant le Conseil de sécurité, qu’elle consiste avant tout à tenir des négociations directes et sans pré-conditions entre le Front Polisario et le Maroc, dans le courant de l’année 2018, le président Sahraoui a réitéré à cette occasion «la disponibilité» du Front Polisario à reprendre la voie des négociations avec Rabat, pour parvenir à une paix juste et durable, par le règlement sur la base de la Légalité internationale, de la dernière question de décolonisation en Afrique. Auparavant, à l’adresse de l’Union africaine (UA), le président de la RASD a invité l’institution continentale « à traiter l’adhésion du Maroc à l’UA avec rigueur». Par la signature de Rabat de l’Acte constitutif de l’UA, pour pouvoir être admise à l’institution africaine, le président sahraoui appelle celle-ci « à faire  respecter par Rabat l’Acte Constitutif » lequel consacre dans ses articles le respect et l’intangibilité des frontières héritées après les indépendances. Poursuivant dans ce sens, il a appelé l’Institution africaine, à faire respecter l’Acte constitutif par Rabat, par « le retrait marocain des terres du Sahara occidental » a soutenu l’un des Chef d’État, d’un des pays membres, de l’UA, le président de la RASD, secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali.
K. B.