Boukadoum USA

L’AVANCÉE DU PROCESSUS DES CAUSES DE PAIX EN DÉPEND : Alger attend de Washington « l’impartialité »

L’Algérie attend des États-Unis « l’impartialité qu’exigent les défis actuels » pour faire avancer les causes de la paix sur les plans régional et international, a plaidé, jeudi à Alger, le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, au cours d’une audience qu’il a accordée au sous-secrétaire d’État adjoint en charge des questions du Proche-Orient au département d’État américain, David Schenker.

Au cours de ce face-à-face, Boukadoum a souligné « la nature du rôle attendu des États-Unis pour faire avancer les causes de la paix sur les plans régional et international, dans l’impartialité qu’exigent les défis actuels »,  a noté le  communiqué du ministère des Affaires étrangères. Ce propos renvoie clairement à la décision insensée du président Trump de reconnaître la prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, en contradiction flagrante avec les résolutions de l’ONU préparées par les USA et qu’ils ont toujours adoptées. La déclaration du chef de la diplomatie algérienne en forme de claire mise au point intervient  dans le contexte d’un échange sur « les questions régionales et internationales d’intérêt commun, y compris le Sahara occidental, le Mali, la Libye et la situation prévalant dans la région du Sahel et au Moyen-Orient », a précisé le MAE. L’année 2020 a été marquée, sur le plan international, par les actions menées par le président américain sortant, Donald Trump en vue de convaincre des pays arabes de normaliser leurs relations avec l’entité sioniste. Le 10 décembre dernier, Trump avait déclaré reconnaître officiellement la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental en contrepartie de la normalisation des relations entre le Maroc et Israël. Une décision qui a été largement critiquée au niveau international,  mais aussi aux États-Unis et au sein même du parti du président sortant et au sein du Parti démocrate. L’annonce faite par Trump a été condamnée principalement parce qu’elle va à l’encontre des résolutions de l’Organisation des Nations unies (ONU) en faveur d’un référendum d’autodétermination au profit du peuple sahraoui, mais également parce qu’elle contredit la position américaine par rapport à la question du Sahara occidental qui est et demeure une question de décolonisation contrariée. D’autre part, cette décision parasite le rôle que les États-Unis sont supposés jouer au sein du Conseil de sécurité des Nations unies, puisqu’ils prennent en charge la fonction de porte-plume des résolutions sur le Sahara occidental, ce qui implique une neutralité de fait.

Mise en garde de la communauté internationale
Pour rappel,  le 24 décembre dernier, la délégation allemande à l’ONU s’était précisément attardée sur ce point, rappelant aux États-Unis leur devoir d’impartialité en ce qui concerne la question du Sahara occidental.  Pour Berlin « être porte-plume implique de la responsabilité. Cela s’accompagne d’un engagement fort pour résoudre un problème, il faut être juste, il faut être impartial, il faut avoir à l’esprit l’intérêt légitime de toutes les parties et il faut agir dans le cadre du droit international », avait déclaré l’ambassadeur allemand à l’ONU, Christoph Heusgen en s’adressant à la délégation américaine à l’ONU. Au niveau international, les regards sont d’ores et déjà tournés vers Joe Biden qui a les pleins pouvoirs pour annuler cette décision qui rompt avec trois décennies de politique américaine au Sahara occidental marquée par leur action en faveur de l’exercice du référendum d’autodétermination du peuple sahraoui .Pour rappel c’est l’ancien secrétaire d’État américain James Baker qui a été l’architecte du plan de paix après l’accord solennel de Hassan II du référendum. C’est Baker qui avait réuni à Lisbonne, le Maroc et le Front Polisario pour le premier round de négociations directes suivies de rounds à Londres et Houston. Par ailleurs, le président Donald Trump sous influence de son gendre Jared Khusner un sioniste avéré est coutumier de décisions insensées dans le contexte international pour sa méconnaissance des dossiers,   a brillé en ce début d’année par son rejet des résultats des élections présidentielles américaines remportées, en novembre, par son rival démocrate, Joe Biden. Un déni qui a donné lieu à des actes de violences à Washington et la violation de l’enceinte sacrée du Capitole par  des trumpistes chauffés à blanc et poussés par le président sortant. Un acte sévèrement condamné et qui a contraint Trump menacé de poursuites judiciaires à prendre un virage à 180 degrés pour parler de transition ordonnée sans pour autant reconnaître la victoire de Joe Biden.
M. Bendib 

LE SOUS SECRÉTAIRE D’ÉTAT AMÉRICAIN DEPUIS ALGER
Pas de projet de base US au Sahara occidental
Le sous-secrétaire d’État adjoint américain en charge des questions du Proche-Orient, David Schenker a affirmé, jeudi à Alger, que les États-Unis n’envisageaient pas d’établir une base militaire au Sahara occidental, tel que relayé récemment dans plusieurs rapports médiatiques marocains. Lors d’une conférence de presse tenue, jeudi au siège de l’ambassade américaine à Alger, en marge de sa visite en Algérie, M. Schenker a déclaré : « je tiens à être très clair : les États-Unis ne sont pas en passe d’établir une base américaine au Sahara Occidental », précisant que «le Commandement des États-Unis pour l’Afrique (Africom) n’a pas évoqué le transfert de son siège au Sahara Occidental».    Il s’agit d’une information « infondée » qui a suscité beaucoup de questions récemment, suite aux informations relayées par plusieurs médias, marocains, a-t-il soutenu. Quant à l’approche américaine pour le règlement de la crise en Libye, le responsable américain a souligné que Washington et l’Algérie avaient plusieurs intérêts communs à garantir une région plus sécurisée, rappelant que les deux parties étaient favorables à la solution politique en Libye et soutiennent le processus onusien pour le règlement de la crise. Le processus onusien demeure le meilleur moyen de sortie de crise, notamment le dialogue militaire dans le cadre de la commission militaire (5+5), a précisé M. Schenker. Et d’ajouter : « l’Algérie est un pays leader sur la scène internationale et nos deux pays ont des intérêts communs à garantir une région plus sécurisée, plus stable et prospère ». En fait, on s’interroge sur le sens et la portée de la visite du sous-secrétaire d’État américain,   a très peu de jour de la fin de mandat de Donald Trump   complètement  éclaboussé par l’invasion du Capitole  et son rétropédalage. Alors quel crédit accorder à sa la folle  décision  de reconnaitre la prétendue souveraineté  des États-Unis sur le Sahara occidental, rien que pour plaire à Netanyahou et pousser le Maroc à officialiser ses relations avec l’entité sioniste. D’autant que David Schenker, proche de l’AIPAC, le puissant lobby sioniste, défend la position du président sortant, Donald Trump sur le Sahara occidental,  au moment où de plus en plus de voix s’élèvent pour pousser Jo Biden à revenir sur cette décision pour le crédit international des États-Unis. Mais le lobby sioniste et Netanyahou en campagne électorale vont tout mettre en œuvre pour maintenir une décision qui au regard de l’ONU  n’a aucune légalité.
M. B.