Bourita

L’Algérie dénonce les élucubrations du MAE Bourita à son encontre : La diplomatie marocaine à l’agonie

C’est désormais la pagaille dans la maison de la diplomatie marocaine qui ne sait plus sur quel pied danser, depuis la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU qui tranche pour un retour direct des négociations et sans pré-conditions entre le Maroc et le Front Polisario sur la question sahraouie. Donc, que le chef d’une diplomatie à l’agonie revienne encore une fois à la charge pour s’attaquer à l’Algérie n’est pas en soi une surprise.

Tant est que, le MAE Nacer Bourita ne fait que confirmer, au final, la désillusion dans laquelle s’est embourbée le Makhzen. Au lieu, en effet, de voir en face une question qui le met plus que jamais devant sa responsabilité, le Maroc continue à verser son venin sur l’Algérie. Son MAE, dans une interview accordée au magazine Jeune Afrique, accuse ouvertement, et toute honte bue, l’Algérie, d’avoir porté «couverture, soutien et appui opérationnel» au Hezbollah iranien. De quoi faire rire toute la communauté internationale. Après avoir décidé de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran, dont la décision n’était qu’une diversion à travers laquelle le Maroc cherche à détourner l’opinion, de la question sahraouie, le sulfureux Bourita sévit et revient pour accuser l’Algérie de tous les maux.
Le Makhzen, comme à son habitude, surfe sur les élucubrations à l’encontre de l’Algérie et veut coûte que coûte la trainer dans un conflit, qui ne la concerne pas si ce n’est sa position qui tient lieu du droit international et des résolutions de l’ONU. Faut-il, à chaque fois, rappeler au Makhzen les vérités historiques, et avérées à l’opinion et à la communauté internationale ? La RASD est un pays souverain qui lutte pour la récupération de ses territoires spoliés par le Maroc, mais ce dernier, cherche toujours à détourner le regard pour designer l’Algérie comme étant le principal antagoniste dans ce conflit. Et pourtant, tout le monde sait que le Maroc est un occupant illégal des territoires de la République arabe sahraouie démocratique qui ne lui appartiennent pas et cela depuis la marche verte de la honte en 1975 où le royaume a annexé une partie des territoires de la jeune république. Au lieu donc d’aller dans un autre épisode de diversion, le Makhzen doit faire un examen approfondi de sa conscience pour avoir occupé illégalement un territoire et spolié ses richesses. Plus de 40 ans après l’annexion de certaines villes du Sahara occidental par le Maroc, les sahraouis, dans ces villes, continuent à vivre les affres de la torture et des emprisonnements. Cette dépossession des territoires de la RASD par le Maroc, malgré toutes les résolutions onusiennes à l’obliger à se retirer de ces territoires n’ont rien changé à la donne, et demeure une autre injustice pour un peuple victime de la dernière colonisation en Afrique.
Ni l’Union africaine, ni celle des pays arabes, encore moins l’ONU, n’ont pu venir à bout de cette colonisation de la honte du 21e siècle ; Alors que et le Maroc persiste dans son entêtement et le non droit. Reste la question, pourquoi le Maroc s’obstine-t-il à défier la communauté internationale? Et puis jusqu’à quand ? Le peuple sahraoui lutte sans relâche sur le plan diplomatique pour son autonomie et la récupération de toutes ses terres. Mais le Maroc, ne l’entend pas de cette oreille, et joue la diversion à chaque fois qu’il est acculé par le droit et la légalité internationale, et l’ennemi est vite trouvé, c’est l’Algérie, et de là, tous les délires sont étalés sur l’Algérie, qui, aux yeux du Maroc, reste un ennemi à abattre, et met en branle tous ses canaux et ses relais de propagande. Cependant, il faut rappeler que le Conseil de sécurité de l’ONU s’est penché, le 25 avril dernier, sur un projet de résolution sur le Sahara occidental en vue de l’organisation d’un referendum pour permettre au peuple sahraoui de prendre son destin en main, et exhorte le Maroc à soutenir et à collaborer pour la mise en œuvre de ce projet. Mais cela reste un vœu pieux, car défiant par la sorte le droit international, et toutes les résolutions des Nations-unies et compte tenu de l’intransigeance de ce pays colonisateur, et de ses soutiens en premier la France, ce conflit qui oppose la RASD et Maroc n’est pas encore près de connaitre son épilogue tant certaines puissances veulent maintenir le statu quo. Autrement, une colonisation qui défie le droit international et les proclamations de la charte de l’ONU qui souscrivent aux peuples des pays coloniaux à exercer leur droit à l’autodétermination et à l’indépendance. En tout état de cause, le glas à bien sonné pour le Maroc, car de défaite en défaite diplomatique, le Makhzen doit bien se résigner à regarder la réalité en face, car le droit et la justice triompheront bien un jour, c’est une question de temps, et le compte à rebours à déjà commencé pour bannir à jamais cette injustice. Tout récemment, lors de la célébration du 45e anniversaire de sa naissance, le Front Polisario a donné les prémices d’un déclin en marche de la politique colonisatrice du Maroc. «La victoire du peuple sahraoui est pour bientôt», a déclaré convaincu son président Brahim Ghali.
Mâalem Abdelyakine