RESIDENCE AL ALIA-

FERMETURE DES CITÉS UNIVERSITAIRES : Des étudiants atteints de Covid-19 livrés à eux-mêmes

Au vu de l’explosion des cas de contamination au Covid-19 en Algérie en raison de la forte propagation du variant omicron, des décisions ont été prises à l’échelle nationale afin de casser la chaîne de transmission. Mais seulement voilà, certaines mesures ont été appliquées à la va vite et sans la mise en place d’une stratégie de sorte à ne pas pénaliser les citoyens.
C’est le cas de le dire pour ce qui est de la décision de fermer les cités et les résidences universitaires ainsi que la suspension des services de transport et de restauration. Bien que le recours à cette option soit justifiable en raison de la situation sanitaire actuelle marquée par une flambée sans précédent des cas de Covid, enregistrée pour la première fois depuis l’avènement de la pandémie en Algérie, mais il semblerait que les responsables des œuvres universitaires n’aient pas pris en considération certains aspects car comme l’on dit « situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle ».
En effet, il se trouve que de nombreux étudiants résidents sont actuellement touchés par le virus, et le fait de fermer les chambres des cités ou ils étaient confinés, et de suspendre le service de restauration, on les pousse à rentrer chez eux et donc être vecteurs de la transmission du virus à d’autres. Ceci induira sans nul doute à d’autres contaminations parmi leurs familles et proches, sans compter dans les moyens de transports qu’ils devront prendre pour se rendre dans leurs différentes wilayas respectives. Le mieux aurait donc été de maintenir le service minimum dans les cités universitaires, de permettre aux étudiants malades de rester dans leurs chambre tout en assurant également un service minimum de restauration, sachant qu’il y a également les étudiants étrangers, notamment de pays africains, qui n’ont nulle part ou aller. Et le tout bien évidemment avec un renforcement du protocole sanitaire.
Il faut souligner que beaucoup sont étudiants (es) atteints de Covid-19 qui ont décidé de ne pas rentrer chez eux afin d’éviter la transmission du virus à leurs proches notamment pour ceux atteints de maladies chroniques, mais cela veut dire aussi qu’ils sont désormais livrés à eux même.
Aussi pour ceux et celles ayant échappé au virus, ils sont confrontés à une situation d’un aller et retour en l’espace de 4 à 5 jours, alors qu’ils habitent loin, notamment au sud du pays, en plus que ça leur coûtera des dépenses, alors qu’ils arrivent à peine à joindre les deux bouts.
Il est bon de rappeler, par ailleurs, que cette mesure a été prise après que le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ait décidé de suspendre durant dix jours, les études et la tenue des examens, dans les universités et les écoles supérieures, jusqu’à nouvel ordre.
Ania Nch.