lait-distribution

Disponibilité du lait durant le Ramadhan : Un quota supplémentaire de 50 millions de litres

À quelques jours du mois de Ramadhan, le gouvernement s’affère à la mise en place d’une disponibilité en permanence des produits de première nécessité, entre autres, produits frais, entre légumes et fruits, pain…

Si jusque là le problème pour ces denrées ne se pose pas, hormis l’instabilité des prix sur le marché, ce qu’appréhendent les autorités le plus c’est la pénurie du lait en sachet. Sachant que, il y a quelques semaines, ce produit vital a connu une indisponibilité qui a fait polémique et a dû faire intervenir le ministère de l’Agriculture pour remettre de l’ordre dans cette filière stratégique. Ainsi, en prévision du mois de Ramadhan, et à en croire les engagements du même ministère, il y aurait une disponibilité permanente du lait sur le marché local, notamment le lait pasteurisé conditionné en sachets dont le prix est fixé à 25 DA/litre. C’est le ministre de l’Agriculture lui-même qui l’a affirmé, ce lundi, en faisant savoir que l’approvisionnement en lait sera assuré de manière suffisante durant, au moins, tout le mois sacré, conséquence de la décision d’augmentation de la production durant cette période sensible de l’année.
En effet, le ministre de l’Agriculture, du Développement  rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, a annoncé, depuis Saïda, où il était en visite, que le gouvernement a décidé de produire une quantité de 50 millions de litres supplémentaires de lait à travers le pays durant tous le mois de Ramadhan.
Dans le détail, il a précisé qu’une quantité de 4 500 tonnes de lait en poudre sera réservée à la production laitière dont 3 000 t destinées aux laiteries publiques et 1 500 tonnes aux laiteries privées. Au volet économique, à noter que la poudre destinée à la production du lait subventionnée coûte, annuellement à l’État, quelque 3 200 milliards de centimes. C’est ce qui explique d’ailleurs les dispositions prisent par les autorités à suivre de très prèts et garantir la distribution de ce produit qui est destiné à la seule consommation des ménages, dont le ministre en a rappeler le principe à l’occasion.
Dans cette démarche, il est question, pour le ministère, d’une part, de satisfaire la demande des consommateurs en ce précieux liquide, qui connaisse une hausse de façon importante durant cette période, et de veiller, de l’autre, à ce que le lait subventionné par l’État ne fera pas l’objet de détournement à d’autres. «L’application de la loi se fera de manière stricte et avec force envers les contrevenants concernant la production ou la distribution du lait allant jusqu’à la fermeture de laiteries et le licenciement des distributeurs», déclare le ministre allusion faite aux intervenants indélicats dans cette filière. Ainsi, le ministre Bouazghi a signalé que «son département ministériel œuvre à élaborer une feuille de route pour satisfaire les besoins des citoyens en ce produit en se concentrant sur les éléments de production et de distribution du lait ». Pour rappel,  quatre (4) laiteries ont été fermées en ce début d’année à cause de détournement de la poudre de lait.
À noter par ailleurs, que le ministre Bouazghi, a profité de sa visite de travail dans la wilaya de Saïda pour rebondir sur ce dossier, à quelques jours qui nous séparent du mois de Ramadhan. Au titre de la deuxième journée de sa visite entamée dimanche, le ministre s’est rendu à l’unité de production laitière et ses dérivés «Giplait». Sur place, il a souligné que la distribution du lait à Saïda connait une stabilité et ne fait pas l’objet de spéculation, estimant que cette unité de production du lait et ses dérivés «est un modèle à suivre à travers le pays.»
En ce sens, mettant la lumière sur la capacité de production de cette unité, qui s’élève à 100 000 litres de lait/jour, pour une population  de 400 000 habitants de la wilaya de Saïda, le ministre du secteur a salué «les efforts des responsables de cette unité», qui assure la couverture des besoins de cette région, conséquemment à «une bonne maîtrise des opérations» de production et de distribution.
Mohamed Amrouni