9.9 C
Alger
1 mars 2024
lecourrier-dalgerie.com
RÉGIONS

Constructions inachevées à Constantine : un nouveau délai de grâce pour les propriétaires

Le gouvernement a donné un nouveau délai de grâce jusqu’à l’année 2016 soit le mois d’août prochain pour que toutes les constructions inachevées soient conformes, à défaut ces carcasses de béton seront démolies par les pouvoirs publics, et leurs propriétaires sanctionnés.
C’est en tout cas ce qui a été décidé récemment par le département ministériel de l’habitat. La mesure est salvatrice où beaucoup de mises en gardes ont été notifiés à l’adresse de ces propriétaires, mais sans résultats plausibles. Cela dit, la ville de Constantine n’y échappe pas. L’exemple le plus illustratif concerne la « pyramide », qui reste une placette attrayante en plein centre-ville, passage obligé pour accéder à toute la zone Ouest, très fréquentée pour les services de la cité administrative du Coudiat, les arcades de la rue Abane Ramdane et le boulevard Belouizdad, qui font jonction en ce lieu symbolique de la ville des ponts. Le visiteur qui passe par ce lieu phare de la ville est agressé, non par un quelconque malfrat mais plutôt par une bâtisse inachevée qui trône imperturbablement depuis un quart de siècle et qui semble défier l’autorité locale et les services urbanistiques. Cet édifice érigé sur les décombres de l’ex-usine Duplan, autrefois spécialisée dans le moulage des ouvrages en fonte, ressemble à s’y méprendre à une cicatrice qui enlaidit ce lieu très prisé pour l’animation qui y règne. A l’entame du chantier, le promoteur a rapidement réalisé l’imposante structure en béton avant d’abandonner les travaux, sans parachever les corps d’état secondaires. De l’avis de tous, cette construction est une débâcle sur le plan architectural avec des hublots et des lucarnes aménagées sur la façade, aucun charme pour cette masse de béton insipide. C’est à croire que celui qui a réalisé l’étude s’est inspiré de la prison du Coudiat située en face, de l’autre côté de la rue. La bâtisse occupe une bonne partie de l’assise libérée suite à la démolition de l’usine, le terrain restant qui se prolonge en entonnoir jusqu’en dessous du collège Benabdelmalek est envahi par les herbes et garni de bouts de ferrailles et autres rebuts, la géométrie de l’espace non bâti présentant certainement des contraintes. Un spectacle à la limite de l’indécence en ce lieu de ralliement de tout le gotha de la ville et de ceux qui sont juste là pour découvrir les attraits de Constantine. Pour finir, signalons qu’il y a quelques années à peine, des ouvriers chinois sont passés par là pour le revêtement de la façade, mais pour le reste, ce gâchis est toujours là à assaillir tous ceux qui aiment la ville des ponts et pour offenser ceux qui y viennent en touristes. Mais cet immeuble de mauvais goût n’est pas le seul, puisqu’à l’entrée de la cité du 5 juillet, un autre building, inachevé aussi depuis plus de vingt ans environ, est là pour narguer les visiteurs qui arrivent des wilayas limitrophes et qui doivent transiter par l’endroit pour accéder à Constantine ou pour prolonger sur la capitale et les autres villes. Cette bâtisse, aussi, a vieilli sans être achevée, elle a l’âge des enfants des cités voisines qui ont rejoint les campus universitaires. Constantine est une belle ville et les visiteurs sont toujours émerveillés par une multitude de trésors et de vestiges, sans oublier ses célèbres ponts. Seulement, il s’en trouve que ces constructions ne sont pas toujours achevées, et il faut le dire, la prise en charge de ces bâtisses qui enlaidissent la ville ne doit pas être occultée.
Cirta a besoin d’un développement urbanistique cohérent, à la mesure de son histoire millénaire et de sa position de carrefour de tout l’Est du pays. L’identité de la ville ne doit pas être altérée par ces immeubles qui indisposent et incommodent. Et dire qu’il y a eu une loi dans ce sens qui a été promulguée au Journal officiel il y a quelques années pour mettre fin à ces carcasses en béton ; mais rien n’a changé, ces constructions incomplètes défient toute autorité au su et au vu de tout le monde. Alors, ce nouveau délai de grâce sera-t-il respecté par ces propriétaires, ou l’Etat va-t-il encore reculer pour notifier un autre report ? Réponse dans quelques mois…
Mâalem Abdelyakine

Related posts

Khenchela : Augmentation de la production de pomme durant les 10 dernières années

courrier

Pomme de terre d’arrière saison : Une récolte de 140 000 QX attendue à Ghardaïa

courrier

Adrar : 11 000 inscrits aux cours d’alphabétisation pour la saison 2016-2017

courrier

Constantine : Plus de 3 900 foyers raccordés au réseau d’électricité et de gaz dans les zones d’ombre

courrier

Chlef : le port de Ténès paralysé par une grève des transporteurs de marchandises

courrier

Marchés de proximité à Constantine : des espaces en quête de commerçants

courrier