Boudaoui

Cinq éléments du cru transférés en Europe cet été : Le joueur local réhabilité

Visiblement le sacre africain de la sélection algérienne a réhabilité le joueur local, puisque cet été a été marqué par des départs plus nombreux de joueurs du championnat algérien aussi bien en Europe qu’en Tunisie et aux pays du Golfe.
Mais c’est surtout ces départs vers le vieux continent qui laisse croire que le joueur local est en train de gagner en échelon. Il faudrait d’ailleurs remonter dans le temps pour trouver trace depas moins de cinq transactions européennes réalisées pendant une même intersaison.
La palme d’or revient évidemment au PAC qui a exporté trois joueurs issus de son académie à la fois, à savoir, Naïdji, prêté à Jil Vicente, Boudaoui, signataire pour quatre ans à l’OGC Nice, et Loucif qui a signé pour la même durée au profit d’Angers.
Outre ces trois joueurs qui ont permis à la trésorerie du PAC de se renflouer par la mirobolante somme de 6 millions d’euros, selon les affirmations de son propriétaire et actuel président de la FAF Kheïreddine Zetchi, il y a lieu de noter également la signature du milieu de terrain de l’USMA, Benkhemassa à Malaga, un club de deuxième division espagnole. Pour sa part, le jeune espoir sétifien, Boudchicha, lui, a rejoint les Girondins Bordeaux en France. Il fera certainement son apprentissage dans le monde professionnel européen au sein de l’équipe réserve des Bordelais.
Boudchicha devrait être suivi en France par son coéquipier en sélection olympique, Khacef, pressenti pour rejoindre le Stade Rennais dans les prochains jours.
Evidemment, le sélectionneur national Djamel Belmadi est le premier à applaudir cette ‘’ruée’’ des joueurs locaux vers les championnats européens. Il est persuadé d’ailleurs que cela va leur permettre de progresser davantage et tout cela va se répercuter positivement sur la sélection nationale.
Dans la foulée, Belmadi estime que la formation est le meilleur moyen de rester dans la continuité. « Il y a unprojet au niveau de la FAF. Les quatre centres de formation prévus à travers le pays vont dégager une sélection de jeunes joueurs. Ce qui a été fait en miniature au PAC, on veut le faire dans le reste du pays. Le talent existe, mais les joueurs ont besoin d’être formés. On est passés à côté de grands talents, car ils n’ont pas été bien pris en charge. Le PAC pratique un beau football, il est récompensé à chaque fois par des transferts de ses joueurs vers l’étranger et s’il avait appuyé sur l’accélérateur la saison dernière, il aurait pu terminer champion. Les autres clubs doivent suivre cet exemple », a indiqué le coach des Verts lors de sa précédente conférence de presse mardi dernier à Sidi-Moussa.
Hakim S.