coronap4

Chlef : Les citoyens invités à apprécier les sacrifices des blouses blanches

Les médecins et praticiens du secteur de la santé de Chlef, engagés dans les premiers rangs pour la lutte contre le Covid-19, fondent beaucoup d’espoir sur le respect des mesures de prévention par la population qui doit apprécier les efforts consentis par les blouses blanches engagés dans un travail titanesque pour endiguer la pandémie.

Cet espoir a été notamment exprimé par le Dr. Guerag Bouabdellah, chef du service Covid-19 de l’hôpital «Sœurs Bedj», qui a souligné les efforts consentis par les staffs médicaux et paramédicaux «dans des conditions contraignantes, au double plan professionnel et social, en vue d’une prise en charge idoine des malades atteints du virus», appelant les citoyens à accueillir avec reconnaissance les sacrifices consentis par, comme d’aucuns l’appellent, «l’armée blanche», en se soumettant aux mesures de prévention pour «la préservation de la vie de tous». «Nous ne demandons pas l’impossible, nous avons juste besoin que les citoyens portent des bavettes et appliquent les mesures de confinement sanitaire. Toute infraction à ces mesures est syno nyme d’un risque de contamination pour chaque famille et, par ricochet, toute la société», a expliqué Dr. Guerag. Ces propos sont corroborés par le président de l’association locale des médecins, Mâamri Fateh, qui a insisté sur l’impératif suivi des «mesures barrières pour juguler le virus», déplorant, néanmoins, «le recul de vigilance de la part des citoyens, comparativement à la première période de déclaration du nouveau coronavirus où il a été constaté le strict respect des mesures barrières et de confinement». «Chaque citoyen est considéré comme un porteur potentiel du virus. Les staffs médicaux et paramédicaux consentent des sacrifices énormes dans des conditions de travail difficiles, dont l’absence de climatisation par ces fortes chaleurs et, de surcroît, le travail sous pression vu les risques de contamination du staff par le Covid-19», pour cela, a-t-il soutenu, «nous considérons le citoyen comme étant le premier héros de cette guerre épidémiologique car, grâce à son sens moral et à son respect des mesures barrières, il contribue à sa propre protection, à la protection de son entourage et par la même à la réduction de la pression sur les hôpitaux de référence dans la lutte contre le coronavirus». Le Dr. Atef Naâs Araba qui fait partie des médecins privés de la wilaya de Chlef à s’ être porté volontaire dès la déclaration de la pandémie du Covid-19 pour prendre en charge des familles des zones reculées, aux fins de leur éviter des déplacements contraignants vers les hôpitaux, au chef lieu de wilaya, tout en réduisant la pression sur eux, s’est dit comprendre le comportement de certains citoyens dont le besoin les contraint à enfreindre les mesures. Le praticien s’est dit «parfaitement comprendre la situation des citoyens contraints de sortir et outrepasser certaines mesures de confinement pour pourvoir à leurs besoins», mais, a insisté Dr. Naâs, qui n’a pas rendu visite à sa famille, habitant la capitale, depuis quatre mois, «il n’en demeure pas moins qu’il est impératif de s’en tenir aux mesures de prévention pour éviter une hausse des cas d’infection et réduire ainsi à néant les sacrifices du corps médical». «Les citoyens sont socialement responsables du respect des mesures de confinement», a-t-il martelé, avant d’appeler à «fédérer les efforts de tout un chacun pour éradiquer ce virus et retourner à la vie normale prochainement». De nombreux infirmiers lui emboitent le pas en soutenant, dans leurs déclarations à l’APS, l’importance pour les citoyens, de «rester vigilants dans l’application des mesures préventives qui sont l’unique moyen de faire face à cette épidém ie, en l’absence d’un vaccin, exception faite de certains protocoles thérapeutiques, dotés d’une efficacité relative». « Si la stabilité de la situation épidémiologique et l’assouplissement des mesures de confinement ont poussé certains à baisser leur vigilance, il n’en demeure pas moins que les dernières statistiques font apparaître un nouveau rebond des cas d’atteinte par le virus, obligeant à intensifier davantage les campagnes de sensibilisation pour le port de la bavette et le respect de la distanciation physique», a estimé, à ce propos, Samir, un infirmier. Selon les dernières données du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, la wilaya de Chlef compte 92 cas confirmés de Covid-19, au niveau des deux centres référentiels des hôpitaux des « Sœurs Bedj « et de Ténès, outre de nombreux cas suspects en attente des résultats de leurs analyses.