CAMPAGNE RÉFÉRENDAIRE SUR LA RÉVISION DE LA CONSTITUTION

CAMPAGNE RÉFÉRENDAIRE : Les experts assurent, les partis dans leurs petits souliers

La campagne référendaire pour la révision de la Constitution entamée le 7 octobre dernier ne semble pas encore avoir atteint sa vitesse de croisière. Les formations politiques versent toujours dans leur phraséologie « ronronnante » n’arrivent pas à séduire même leurs militants les plus zélés et les associations affublées du titre de représentant de la société civile peinent à mobiliser. Il faut reconnaitre dans ce contexte que le véritable débat se passe ailleurs. Il se déroule sur les plateaux de télévision et sur certaines pages Facebook. C’est ainsi que les formations politiques, aussi bien celles rodées à ce genre d’exercice que les autres qui se disent nées de la volonté de l’ancien président de la République d’ouvrir mieux l’espace des libertés, sont frappées d’aphonie. Elles n’arrivent ni à mobiliser et encore moins à débattre d’un document qui échappe à leurs capacités d’analyse et ses facultés de compréhension. Les partis de l’ex-coalition présidentielle se sont limités à réunir quelques dizaines de leurs militants dans des salles où le discours a rasé les pâquerettes. Trainant comme un boulet leur soutien sans conditions aux errements de l’ancien système, elles ne peuvent plus drainer les grandes foules comme au temps de leur aura. Un observateur critique se permettra même d’affirmer que les états-majors de ces formations sont conscients que l’adoption de la Constitution signifiera pour eux, la fin de la récréation et la disparition du paysage médiatique. «C’est pourquoi, leurs directions donnent l’impression de s’engager timidement dans cette campagne », notera-t-il. Les lilliputiens de la scène politique, les saisonniers, les opportunistes qui ne sortent de leur hibernation que l’espace d’un scrutin ont osé, eux aussi, quelques sorties, mais sans drainer la grande foule. Un parti politique qui n’a même pas osé proposer des aménagements au texte de la Constitution s’est permis le luxe de pondre un communiqué et même d’appeler les Algériens à l’adopter le 1er novembre prochain. Le véritable débat sur le texte de la Constitution, ses enjeux, ses nouveautés, les ambigüités qu’il pourrait présenter, est animé sur les plateaux télévisés. Les experts invités à ces joutes sont bien outillés pour argumenter, justifier, décortiquer les nuances et analyser. Les subtilités du texte sont expliquées au citoyen dans un discours qu’il comprend, même si certains invités versent parfois dans une logorrhée qui noie ses explications et sa rhétorique pourtant sensées. Ces experts invités ont tenté d’apporter un éclairage sur les fondements et les principes de l’identité algérienne, sur l’option d‘ouverture économique que propose le texte ou encore sur les missions de déploiement des forces de L’ANP en dehors de nos frontières dans le cadre de missions de maintien de la paix. Les pages facebook sont également partie prenante dans le débat actuellement engagé. Nonobstant leur couleur politique, leur discours et leur appartenance partisane, elles tentent d’apporter un éclairage et de mobiliser pour le scrutin du 1er novembre.
S. B.