FDRjb02WEAc1HXl

ASSASSINAT DE TROIS CAMIONNEURS ALGÉRIENS PAR LE MAROC : L’ONU dément la version marocaine

Le porte-parole adjoint du SG de l’ONU, Farhan Haq, a apporté un démenti cinglant aux déclarations mensongères de sources marocaines comme rapportés dans des médias du royaume chérifien, sur le lieu de l’assassinat par le Maroc de trois camionneurs algériens, le 1er novembre dernier, par un armement sophistiqué. Affirmant que «  que nous pouvons maintenant confirmer que le site (du bombardement) se trouve dans la partie orientale du Sahara occidental près de Bir Lahlou », le porte-parole du Secrétaire général des Nations unies (ONU) a ajouté que « la mission des Nations unies pour l’organisation du référendum au Sahara occidental (Minurso) a observé deux camions portant des plaques d’immatriculation algériennes stationnés parallèlement l’un à l’autre » et de préciser que «  les deux camions ont subi d’importants dommages et ont été carbonisés ». C’est ce qu’a répondu le responsable onusien, Ferhan Haq, sans manquer d’apporter des précisions, dans sa réponse à une question tendancieuse, voire biaisée, d’un journaliste visant à semer l’amalgame sur le lieu du bombardement des trois citoyens algériens. L’assassinat, par le Maroc, de trois camionneurs algériens par un armement sophistiqué meurtrier a eu lieu dans le territoire sahraoui, près de Bir Lahlou, a confirmé vendredi l’ONU, apportant un démenti cinglant aux mensonges relayés par les médias marocains sur le lieu de l’agression pour occulter la responsabilité du Maroc dans ce crime. Le crime marocain a été commis dans les territoires libérés du Sahara occidental et non dans une zone tampon, comme l’a avancé le Maroc, dans les médias du Makhzen. Le porte-parole du SG de L’ONU a tenu à indiquer, concernant ses propos qui mettent en branle la version marocaine, qu’ils sont « le constat établi par une patrouille de la Minurso » qui a été dépêché sur le lieu de l’attaque, le 3 novembre dernier, soit 24 heures après en avoir été informé, selon le porte-parole adjoint. Après avoir tenté, en vain, de fuir et de dégager sa responsabilité dans ce crime crapuleux via la version relayée par ses médias, le Maroc est appelé à réponde de son acte terroriste commis contre les trois camionneurs algériens , en usant d’armes sophistiquées, ciblant la zone de Bir Lahlou, territoire libéré du Sahara occidental, située à plus de 70KM, loin du mur érigé par l’occupant marocain, séparant le Sahara occidental, d’où commence la zone tampon, selon les précisions de l’ambassadeur de la république arabe sahraoui, à Alger, Abdelkader Taleb Omar.
K. B.