Supporter du MCO

Accident de la route : un supporter du MCO succombe à ses blessures

Chouiref Benaïssa, un des supporters du MC Oran, blessé dimanche soir suite au dérapage d’un minibus à Draa-Ben-Khedda, à une dizaine de km à l’ouest de Tizi-Ouzou, est décédé lundi au CHU Nedir-Mohamed où il était hospitalisé, a appris l’APS de source médicale. âde 24 ans, le jeune supporter, qui souffrait d’un polytraumatisme, a succombé à ses blessures après 10 heures d’intervention, tandis qu’un deuxième supporter est toujours hospitalisé au niveau du service traumatologie du même CHU. La dépouille du défunt a été transférée lundi par sa famille, venue lui rendre visite après l’accident, vers sa ville, Oran. L’accident s’est produit dimanche soir, à l’issue de la rencontre ayant opposé la JS Kabylie au MC Oran (4-2) pour le compte de la 26ème journée du championnat ligue 1 Mobilis, à l’entrée de la ville de Draa-Ben- Khedda faisant 12 blessés, avait indiqué dans la même soirée un flash d’information de la protection civile. Les 10 autres supporters victimes de l’accident, qui eux souffraient de blessures légères, ont été acheminés lundi matin vers Oran à bord d’un bus affrété par la direction de la JSK, après avoir reçus les soins médicaux nécessaires.

Arrestation à Oran de deux personnes pour trafic de faux billets en monnaies
Les services de la sûreté de wilaya d’Oran ont procédé à l’arrestation de deux personnes impliquées dans une affaire de faux billets en monnaies nationale et étrangère, a-t-on appris lundi de ces services. L’opération, traitée par la 16e sûreté urbaine d’Oran a permis d’arrêter deux ressortissants étrangers (nationalités africaines) âgés de 30 et 34 ans impliqués dans une affaire de faux et usage de faux et détention de matériels de falsification de billets de banques, ainsi que la saisie de matériels de falsification. Agissant sur investigations, les mêmes services ont arrêté deux ressortissants africains qui ont transformé un logement au centre-ville d’Oran en atelier de faux et usage de faux. Suite à un mandat de perquisition du logement, les services compétents ont saisi un ordinateur avec ses accessoires, des coupures de billets, une poudre, du papier aluminium, du plastique, 10 téléphones portables, une somme de 6000 DA et une autre de 2000 francs CFA et un récepteur internet. Une procédure a été engagée contre les deux inculpés qui ont été déférés devant la justice, puis placées sous mandat de dépôt, a-t-on indiqué.

26 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et In Guezzam
Des détachements de l’Armée nationale populaire ont intercepté, dimanche à Tamanrasset et In Guezzam, 26 orpailleurs et saisi un véhicule tout-terrain, cinq groupes électrogènes, cinq marteaux piqueurs et 1000 litres de carburant, indique lundi un communiqué du ministère de la Défense nationale. «Dans le cadre de la lutte contre la criminalité organisée, des détachements de l’Armée nationale populaire ont intercepté, le 21 avril 2019 à Tamanrasset et In Guezzam/6eRM, 26 orpailleurs et saisi un véhicule tout-terrain, 5 groupes électrogènes, 5 marteaux piqueurs et 1000 litres de carburant», note la même source. Par ailleurs, un détachement de l’ANP, en coordination avec les services de la Sûreté nationale a saisi, à Béchar/3eRM, «21,4 kilogrammes de kif traité», tandis que des éléments de la Gendarmerie nationale ont arrêté, à Tébessa/5eRM, «deux (02) narcotrafiquants en leur possession 2476 comprimés psychotropes». Dans le cadre de la lutte contre l’immigration clandestine, des détachements de l’ANP ont appréhendé, à Tamanrasset, «50 immigrants clandestins de différentes nationalités».

Trois trafiquants de drogue arrêtés et saisie de 52 kg de kif traité à Béchar
Trois trafiquants de drogue qui essayaient d’introduire à partir des frontières sud-ouest du pays une quantité de 52 kilogrammes de kif traité ont été arrêtés par les éléments de la brigade régionale de lutte contre le trafic de drogue, a-t-on appris mardi de la cellule de communication et d’information de la sûreté de wilaya de Béchar. Agissant sur renseignements faisant état de l’imminente introduction d’une importante quantité de kif à travers les frontières algéro-marocaines, les éléments de la brigade précitée, en collaboration avec le secteur militaire de la troisième région militaire (3ème RM) à Béchar, ont mis en place un dispositif de recherches discret et mis la main sur 52 kg de kif qui étaient cachés dans un lieu désert à proximité de la route reliant la commune frontalière de Béni-Ounif à celle de Bechar, a-t-on précisé. Les investigations entreprises par les enquêteurs de la même brigade et de la gendarmerie nationale ont permis l’identification des trois trafiquants mêlés à cette affaire, a-t-on souligné. L’arrestation de ces trois individus a permis aussi la saisie d’un véhicule particulier qui devait acheminer la drogue vers une autre région du pays, de même qu’un montant de 180.000 DA, a-t-on signalé. Les trois trafiquants ont été présentés à la justice et mis en détention préventive par le juge d’instruction en attendant leur comparution devant le tribunal compétent, a-t-on ajouté.

La Syrie ouvre son espace aérien à la compagnie Qatar Airways
La Syrie a donné son accord à la compagnie Qatar Airways d’utiliser son espace aérien, après des années de crise et de rupture des liens diplomatiques entre Doha et Damas, a indiqué le ministère syrien des transports. « Le ministre syrien des Transports, Ali Hammoud, a accepté d’accorder à la compagnie Qatar Airways l’autorisation d’utiliser l’espace aérien syrien », a indiqué le ministère lundi sur sa page Facebook. Cette autorisation fait suite à « une demande soumise par l’autorité qatarie de l’aviation civile », a ajouté le communiqué. « L’accord est basé sur le principe de réciprocité, SyrianAir ayant continué d’utiliser l’espace aérien qatari et n’ayant jamais cessé de voler à destination de Doha durant la guerre », a ajouté le ministère. M. Hammoud a qualifié de « pas très importante » cette décision qui devait, a-t-il dit, permettre à la Syrie « d’engranger des revenus supplémentaires en devises étrangères». Depuis le déclenchement de la crise en Syrie en 2011, de nombreuses compagnies aériennes ont arrêté de desservir ce pays, ou même d’emprunter son espace aérien, par crainte d’entrechoc avec des avions militaires, nombreux à sillonner les airs. Le contournement de la Syrie a toutefois « eu un impact sur les prix des billets (…) et le temps » de vol, causant « des pertes significatives pour ces compagnies », a rappelé le ministre syrien. Des sources diplomatiques ont fait état d’efforts « discrets » pour rétablir les relations entre Damas et Doha, mais le ministre qatari des Affaires étrangères Mohamad Ben Abel cheikh Mohammed ben Aderrahmane Al-Thani a démenti en janvier toute éventuelle « normalisation ». Les compagnies aériennes qataries ne peuvent toujours pas utiliser les espaces aériens saoudien, émirati et bahreini en raison de la crise diplomatique qui secoue les monarchies du Golfe depuis environ deux ans. Ces trois pays, en plus de l’Egypte, ont rompu, en juin 2017, avec le Qatar, lui imposant un blocus économique et diplomatique.

Chiffre du jour : 8493

Le Mexique a enregistré au premier trimestre un nouveau record de violences avec 8 493 meurtres recensés entre janvier et mars, selon des chiffres officiels. Selon le ministère à la Sécurité publique, ce chiffre publié en fin de semaine représente une hausse de 9,6% des homicides par rapport à la même période l’an dernier. En 2018, un chiffre record de plus de 33.500 meurtres avait été atteint sur l’ensemble de l’année, chiffre le plus élevé depuis la mise en place des statistiques en 1997. La publication de ces chiffres intervient après le massacre de 13 personnes, dont un bébé d’un an, lors d’une fête d’anniversaire vendredi dans l’Etat du Veracruz (est), une tragédie qui a ému les Mexicains en cette période pascale. « Nous allons renforcer (la sécurité de) l’Etat de Veracruz avec des effectifs de la marine et de l’armée, et nous allons le faire dans tout le pays », a promis lundi le président méxicain Lopez Obrador lors de sa conférence de presse quotidienne. Il a défendu sa stratégie qui repose sur la création d’une Garde nationale forte de 80.000 hommes dirigée par un militaire, et la lutte contre la pauvreté et le chômage des jeunes.