Abdelkader Khomri

LORS D’UNE RÉUNION du FLN TRÈS AGITÉE : L’ancien ministre Abdelkader Khomri quitte le CC

C’est le pourrissement et l’anarchie généralisée du FLN. Après une réunion extraordinaire du comité central de FLN, longue et très agitée, hier au Centre international des conférences (Ouest d’ Alger) en vue d’élire un nouveau secrétaire général, la démission annoncée, en même temps des travaux, du membre du CC et ancien ministre, Abdelkader Khomri, vient d’acter la division au FLN. « Le soulèvement populaire traduit par le Hirak a démontré l’ampleur de la rupture entre la population et le FLN. En signe de respect et de considération envers les militantes et militants du FLN et en signe de soutien à la lutte de notre peule qui s’apprête à construire, depuis le 22 février une nouvelle Algérie, une Algérie libre et démocratique dont la souveraineté revient au peuple, je présente ma démission du CC en ayant la conviction que le devenir du FLN est aujourd’hui entre les mains du peuple », a-t-il expliqué dans une lettre adressée aux membres du CC. L’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports a motivé sa décision par le fait que « ce que nous avons vécu de violations des lois, tant au niveau de la présidence de l’APN et “la mascarade du cadenas” et ce que nous avons subi comme humiliation dans le comité central, ne me permet pas aujourd’hui de supporter cette rupture avec les militants». Pour Khomri, le FLN est «infiltré» par des «forces sales» qui n’ont aucun rapport ni avec le militantisme ni avec le FLN. Il a qualifié de «nakba» la désignation de Djamel Ould Abbès en tant que SG du FLN, après le départ d’Amar Sâadani en octobre 2016, et d’illégale la décision prise, par la présidence de la République du temps de Bouteflika, de dissoudre les instances du parti pour installer Mouad Bouchareb coordinateur provisoire du parti.
Hamid Mecheri