cantines scolaires

817 écoles sans cantines scolaires et 537 autres sans transport : Un délai d’une semaine pour les walis pour régler ce problème

La liste des lacunes et des dysfonctionnements qui marquent la rentrée des classes pour l’année 2021/2022 ne cesse de s’allonger. Outre, le déficit flagrant d’encadrement dans les trois paliers, une anarchie dans l’opération de vente des livres, des établissements à travers le territoire national font toujours face à l’absence de transport scolaire et de cantines, ce qui rend les conditions de scolarité difficiles, et ou l’égalité des chances entre les élèves peine à être assurée. Malgré les assurances des responsables du ministère de l’Éducation qui n’ont de cesse affirmé avoir pris toutes les mesures pour le bon lancement de l’année scolaire, sur le terrain en tout cas le constat est tout autre. Loin des attentes des parents et des élèves, les conditions de scolarité restent difficiles notamment dans les zones enclavées qui enregistrent des manquements à tous les niveaux. Selon les derniers chiffres révélés par le président de République, Abdelmadjid Tebboune, qui présidait samedi dernier la réunion gouvernement-walis, pas moins de 817 écoles ne sont pas dotées de cantines scolaires, et 537 autres n’ont pas de transport. Tebboune a, à ce propos, lancé un avertissement aux walis qui sont directement concernés par ce dossier de régler le problème dans un délai qui ne dépasserait pas une semaine. Il a également instruit les mêmes responsables à la tête des wilayas d’anticiper et de prendre toutes les dispositions nécessaires afin de doter les établissements notamment ceux des régions enclavées et des Haut Plateaux, de chauffage, avant l’arrivée de l’hiver. Interpellée, dans ce contexte, la présidente de la Fédération nationale des parents d’élèves, Djamila Khiar, a en effet relevé que le problème de transport scolaire reste posé malgré les efforts qui ont été fournis dans ce cadre mais qui restent selon elle insuffisants. Elle a dénoncé à l’occasion le phénomène de l’utilisation des bus scolaires pour d’autres affaires, à l’exemple du transport des sportifs. Appelant à mettre fin à cette pratique par les responsables des APC, Khiar indique que sa fédération a même sollicité l’intervention de la tutelle. À propos des cantines scolaires, elle a déclaré que les collectivités locales qui sont également chargés de la gestion de ce dossier ont failli à leur mission. Elle a appelé à cet effet à la mise en place d’une commission mixte composée de représentants de parents d’élèves, d’inspecteurs, et d’enseignants afin de suivre l’opération et assurer la préparation de repas chauds aux élèves.
Ania Nait Chalal