USMBA

USM Bel-Abbès : Les joueurs crient leur détresse

La situation va de «mal en pis» à l’USM Bel-Abbès, ont déploré les joueurs de cette équipe qui vient d’essuyer sa huitième défaite de la saison en s’inclinant dans le derby de l’Ouest face au RC Relizane (1-0) au stade Mohamed-Boumezrag de Chlef, dans le cadre de la 16e journée de Ligue 1 de football. S’exprimant sur la page officielle du club, des joueurs de l’USMBA ont crié leur «désarroi» vis-à-vis de la situation «très délicate» dans laquelle s’est retrouvée leur équipe. «Les conditions dans lesquelles on travaille ne sont pas dignes d’un club évoluant parmi l’élite. Figurez-vous, nous nous sommes déplacés à Chlef, le matin même du match (vendredi), de surcroît sur nos frais personnels. Un club de l’envergure de l’USMBA ne mérite pas ce qu’il lui arrive», a déclaré d’emblée le gardien de but, Abdelkader Zaarate, appelant les supporters à entourer leur équipe «pour lui éviter des lendemains incertains». Pour sa part, le capitaine d’équipe, Nacereddine Benlebna, a qualifié de «catastrophique» la situation prévalant au sein de la formation de la «Mekerra», estimant que le fait de se déplacer quelques heures seulement à Chlef avant le match «n’est pas digne d’un club professionnel». Il a rappelé, au passage, que ses coéquipiers et lui n’ont pas obtenu leur dû depuis plusieurs mois. «Personnellement, je n’ai pas été payé depuis la saison passée, et si je continue à défendre les couleurs de l’USMBA, c’est parce qu’il s’agit de mon club où j’ai grandi», a-t-il expliqué. Et d’ajouter : «Au train où vont les choses, le club va droit vers le purgatoire, vu qu’il a été totalement délaissé. Je lance un appel à tous ceux qui sont concernés par l’avenir de l’USMBA pour intervenir. Quand on n’a même pas les frais de déplacement d’une équipe, ça veut dire que les clignotants sont désormais au rouge». Même son de cloche chez le défenseur Sofiane Khadir : «La situation du club est connue de tout le monde. En tant que nouveau joueur dans l’équipe, ça fait six mois que je n’ai pas perçu le moindre salaire. Pendant toute cette période, je n’ai eu droit qu’à 20.000 DA. Ça pourrait étonner certains, mais c’est la triste réalité». Il en a profité pour lancer un appel aux autorités locales pour intervenir, mettant la balle dans le camp des responsables. «Nous avons tout fait, en tant que joueurs, pour éviter ce triste sort à l’équipe, mais c’est devenu insupportable. Ceux qui ne sont pas capables d’assumer leurs responsabilités n’ont qu’à partir», s’est-il encore insurgé. Un autre nouveau joueur de l’équipe, en l’occurrence Amine Belmokhtar, est monté, à son tour, au créneau. «Les choses ont atteint un degré de gravité incommensurable. Depuis le début de la saison, on ne fait que dépenser de notre propre argent, et le moment est venu pour dire qu’on en a vraiment assez», s’est-il plaint. «Pour un match derby comme celui face au RC Relizane, nous nous sommes déplacés à Chlef quelques heures avant la rencontre. On avait l’impression d’aller jouer un match de quartier. Ça fait six mois qu’on nous promet de nous régulariser, mais au jour d’aujourd’hui, nous n’avons rien vu venir. Les autorités locales de Sidi Bel-Abbès doivent intervenir pour nous trouver une solution», a-t-il espéré. L’USMBA, qui a enregistré, il y a quelques jours, la venue d’un nouvel entraîneur en la personne du Suisso-Tunisien Moez Bouakaz, après s’être retrouvée sans coach pendant 13 journées, est premier relégable en pointant à la 17e place avec 14 points.