Asphyxie au monoxyde de carbone

TROIS PERSONNES MEURENT À GUELMA ET Sétif : Alerte à la vigilance contre le monoxyde de carbone

Alors que le bilan risque de s’alourdir davantage, avec le froid glacial de cet hiver, le monoxyde de carbone continue à faire des victimes dans le pays. C’est ce qui ressort du tout dernier bilan de la Protection civile, rendu public hier par sa direction générale, couvrant les dernières 48 heures : Trois victimes décèdent asphyxiées par le Monoxyde de Carbone (CO).

Des victimes qui continuent hélas de tomber, en l’absence de vigilance quant à l’achat et l’installation des appareils de chauffages et chauffe-bains dans nos maisons, en cette saison de froid malgré toutes les campagnes de sensibilisation menées par les services concernés, notamment la Protection civile.
Comme souligné par la direction de la PC, des familles entières perdent la vie, à cause de l’inhalation du gaz de monoxyde de carbone (CO), des appareils de chauffage et chauffe-bains.
La Protection civile a souligné, en effet, que jusqu’à vendredi dernier, il y a eu la mort de trois personnes par asphyxie, dont deux victimes de la même famille, au village d’Aïn Amara, dans la commune de Houari Boumediène, tandis qu’une autre victime a trouvé la mort à Sétif asphyxiée suite à l’inhalation du CO émanant d’un chauffage.
Alertés par des citoyens, des éléments de l’unité secondaire de la Protection civile implantée à Aïn Hassaïnia, à Guelma, se sont rendus sur les lieux, jeudi dernier en fin de journée, pour découvrir les corps d’un vieux couple.
Le communiqué de la PC a précisé dans ce sens que «les secouristes ont aussitôt constaté le décès d’une femme âgée de 79ans, et de son mari, âgé de 90 ans», ajoutant que «les deux victimes avaient inhalé du monoxyde de carbone émanant d’un chauffe-bain à l’intérieur de leur domicile».
Le tueur silencieux, autrement le gaz du monoxyde de carbone de Carbonne a frappé de nouveau durant les dernières 48 heures, à l’est du pays, précisément à Sétif, et a emporté une troisième victime. La Protection civile a précisé dans ce sens que «la personne est décédée par asphyxie suite à l’inhalation de monoxyde de carbone (CO) émanant d’un chauffage».
Par ailleurs, il y a lieu de noter que le bilan aurait pu être beaucoup plus lourd. Car, la Protection civile a précisé dans son communiqué que «23 personnes incommodées par le monoxyde de carbone, à travers les wilayas de Batna, Constantine, Sétif, Aïn Defla, Djelfa, Mila et Bordj Bou- Arreridj ont été secourues de justesse,» ajoutant que «toutes ces personnes ont été traitées sur place puis évacuées vers les établissements de santé, pour être par la suite dans un état satisfaisant».
Mohamed Amrouni