Matoub

TIZI-OUZOU : Tentative de profanation de la tombe du chanteur Matoub Lounes

La tombe du grand chanteur d’expression kabyle, Matoub Lounès, enterré dans son village natal, Taourirt Moussa, relevant de la commune d’Ait Mahmoud (daïra de Beni Dwala), à une vingtaine de kilomètres au sud de Tizi-Ouzou, a fait l’objet d’une tentative de profanation tard dans la nuit de dimanche, selon l’agence officielle algérienne APS, citant, lundi, des sources sécuritaires.
D’après ces sources, un individu muni d’un burin et de marteau, a tenté vers minuit d’arracher l’épitaphe gravée en lettre dorée sur la tombe du célèbre artiste kabyle assassiné le 25 juin 1998 et enterré près de chez lui.
Alertés par le bruit du marteau de cet intrus, qui déchirait le silence de la nuit, les membres de la fondation qui porte le nom du rebelle, se sont accourus et ont pu surprendre l’individu en train d’accomplir son acte odieux.
Maitrisée et arrêtée, la personne en question a été remise aux services de sécurité pour enquête, affirment les mêmes sources.
Le neveu du symbole de la chanson engagée et de la question identitaire, Assirem, avait affirmé que l’individu, qui n’est pas étranger à la région de Kabylie, a été déposé par un véhicule de marque Volkswagen de couleur blanche, et à voir les traces sur le tombeau, il est aisé de comprendre que l’intrus avait l’intention d’effacer «  les écrits en Tamazight (langue berbère) transcrites en lettres dorées.
Selon le neveu de Matoub, le tombeau n’a pas subi de graves dommages grace à l’intervention rapide des membres de la fondation qui porte son nom. Il est à se demander quel était le but recherché à travers cette atteinte à la tombe de la figure emblématique de la région, que les enfants de la région, et plus de 20 ans depuis sa liquidation physique, demeure à nos jours, et même parmi les jeunes qui sont nés, après sa disparition, le symbole de la résistance, du courage, et des luttes démocratiques pour une Algérie meilleure. Ses chansons qui sont toujours d’actualité, sont toujours écoutées et appréciées par les enfants de la région, qui lui rendent hommage chaque année, en se rendant au lieu de son assassinat et sa maison natale. Matoub Lounes est né à Taourirt Moussa Ouamar le 24 janvier 1956, en Kabylie. Il meurt le 25 juin 1998, assassiné sur la route de At Dwala. Officiellement cet assassinat a été attribué au tristement célèbre groupe terroriste le « GIA ». Cet ignoble assassinat a donné lieu à des émeutes en Kabylie.
B. O.