Lamamra Al Sissi

SOMMET ARABE D’ALGER : Les préparatifs vont bon train

La préparation du sommet de la Ligue arabe prévu à Alger est l’objet d’une intense activité diplomatique algérienne. Dans ce sens, le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, se trouvait dimanche au Caire, pour une visite de travail en sa qualité d’envoyé personnel du président de la République.

Il a été reçu par le président de la République arabe égyptienne, Abdel Fattah El-Sissi auquel il a remis un message du président Abdelmadjid Tebboune. Le processus de préparation du sommet arabe, mené par l’Algérie en sa qualité de pays hôte, a fait également l’objet de la concertation entre Ramtane Lamamra et le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit. Objectif: assurer la réussite du sommet pour en faire une étape charnière pour l’action arabe commune. À cette occasion, le secrétaire général de la Ligue arabe a salué « l’approche algérienne éclairée » et « l’engagement du président Tebboune en faveur de l’action arabe commune et de l’unification des rangs ». Ramtane Lamamra et Ahmed Aboul Gheit ont convenu de poursuivre leur coordination et leur étroite coopération en prévision de ce rendez-vous important. Au Caire, Ramtane Lamamra a tenu une séance de travail avec son homologue égyptien Sameh Choukri portant sur « les relations fraternelles et de coopération liant les deux pays et peuples frères, ainsi que le développement de la situation sur la scène arabe et africaine », selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Après avoir exprimé leur disponibilité « à œuvrer de concert pour la réussite du sommet arabe en Algérie », les chefs de la diplomatie des deux pays ont examiné les derniers développements de la crise libyenne et les perspectives d’activer la solution politique pour mettre un terme aux interventions étrangères dans ce pays frère ». Ils ont réaffirmé leur détermination à œuvrer de concert pour faire réussir le prochain sommet arabe en Algérie. Hier, c’est une délégation du secrétariat de la Ligue arabe, dirigée par le secrétaire général adjoint, Hossam Zaki, qui devait rencontrer à Alger des membres du Comité national chargé de superviser les préparatifs du sommet arabe, dans ses aspects logistiques. Le prochain sommet arabe ne sera pas tout à fait ordinaire. L’Algérie veut que ce soit l’occasion de remettre la cause palestinienne au centre de l’action prioritaire arabe et, surtout, de permettre à la Syrie de reprendre sa place dans la Ligue arabe. Les observateurs ont noté qu’un nombre croissant de dirigeants de pays arabes qui s’étaient acharnés contre la Syrie depuis 2011, renouent maintenant les liens avec le président Bachar el-Assad. C’est le cas du chef de la diplomatie émiratie, Abdallah ben Zayed, qui est allé à Damas le 9 novembre 2021. À la fin de l’année écoulée, le roi de Bahreïn, Hamad ben Isa al-Khalifa, a nommé un nouvel ambassadeur de Bahreïn en Syrie qui sera donc à Damas après plus de 10 ans de vacance du poste. En fait, les choses ont commencé à changer en 2020, quand Oman a envoyé un diplomate dans la capitale syrienne, ouvrant la voie aux autres pays du Golfe. Ces faits sont perçus comme des signes favorables à la réintégration de la Syrie dans la Ligue arabe. Pour leur part, l’Égypte, l’Irak, la Jordanie et le Liban expriment leur souhait de reprendre les relations commerciales avec la Syrie, et sont évidemment favorables au retour de Damas au sein de la Ligue arabe, faisant fi des Etats-Unis qui voient d’un mauvais œil cette démarche mais qui ne sont plus soutenus dans leur obstination anti-syrienne que par l’Arabie saoudite et le Qatar. Autre indice significatif: la Syrie s’est jointe mercredi 12 janvier 2022 à l’initiative chinoise « la Ceinture et la Route », qui lui permettra d’élargir l’horizon de sa coopération avec la Chine et avec d’autres pays. Le protocole d’entente de l’adhésion de la Syrie à l’initiative chinoise a été signé à Damas. Il aura évidemment son impact sur la reconstruction économique et le développement social de la Syrie.
M’hamed Rebah