15.9 C
Alger
2 mars 2024
lecourrier-dalgerie.com
MONDE

Somalie : quatre hommes exécutés par les shebab pour espionnage

Les insurgés shebab somaliens ont exécuté mardi en Somalie quatre hommes accusés d’espionnage au profit des Etats-Unis, de l’Ethiopie et du gouvernement somalien soutenu par la communauté internationale, ont affirmé mercredi des témoins et des responsables du mouvement islamiste. La mise à mort par peloton d’exécution s’est déroulée sur une place de la ville de Bardhere, un bastion shebab dans la région de Gedo (sud-ouest somalien), une semaine après la mort d’un des chefs des renseignements du groupe affilié à Al-Qaïda, tué lors d’un raid aérien américain. L’un de ces espions travaillait avec la CIA et a permis la mort du commandant shebab, a déclaré un juge islamique de la ville contrôlée par les shebab, avant l’exécution. Un deuxième condamné avait, selon le juge, collaboré aux opérations américaines à Barawe, une ville portuaire proche de la capitale, reprise aux shebab l’an dernier par l’armée somalienne et la force militaire de l’Union africaine. Les deux autres hommes étaient accusés de travailler pour les services de renseignements éthiopiens et somaliens. Après avoir entendu les chefs d’accusation et les confessions des quatre suspects, le tribunal islamique les a condamnés à la peine de mort, a dit le juge. Un témoin sur place, Ali Ronow, a rapporté que les hommes avaient les yeux bandés et ont été fusillés dans le dos par des hommes cagoulés. Des centaines de personnes ont assisté à l’exécution, selon lui. Ils ont été amenés sur un pick-up, les mains attachées derrière le dos et la tête recouverte d’une cagoule, a dit un autre témoin. Ils ont été fusillés par des rafales d’armes automatiques a-t-il ajouté. La semaine dernière, les Etats-Unis avaient mené une frappe aérienne à Sakoow (320 km à l’ouest de Mogadiscio), dans la région du Moyen-Juba, dans laquelle le chef des renseignements shebab Abdishakur Tahlil et deux autres islamistes avaient été tués. En septembre, le chef du mouvement shebab, Ahmed Abdi Godane, avait également péri dans une frappe aérienne américaine. La Somalie est en proie à une guerre civile qui mêle milices de chefs de guerre, gangs criminels, groupes islamistes et gouvernement sous perfusion internationale. Mercredi, un attentat a fait un blessé à Mogadiscio, lorsqu’une bombe placée sous une voiture a arraché la jambe du conducteur du véhicule, dans le centre-ville, selon un officier de police, Awil Mohamed Said. L’attaque n’a pas été revendiquée, mais les insurgés islamistes shebab lancent régulièrement des attaques de ce type dans la capitale somalienne pour tenter de renverser le gouvernement.

Related posts

Rohingyas : Feu vert de la CPI à une enquête sur des crimes présumés

courrier

Irak : Les rêves d’enfants déplacés se brisent aux portes de l’école

courrier

Origine du Covid-19 : Biden accuse la Chine de cacher des «informations cruciales»

courrier

Crise au Yémen : L’émissaire de l’ONU rencontre les houthis à Sanaa

courrier

Argentine : les services secrets, un pouvoir parallèle devenu incontrôlable

courrier

Chine : peur et incertitudes après les explosions meurtrières de Tianjin

courrier

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.