Karim Tabbou

SES AVOCATS EXCLUENT TOUT MAUVAIS TRAITEMENT RÉSERVÉ À LEUR MANDANT : «Karim Tabbou est en bonne santé»

Les avocats Mustapha Bouchachi et Tamert Abdelhafid ont démenti les informations rapportées par la presse nationale et selon lesquelles, leur mandant, Karim Tabbou, incarcéré au pénitencier de Koléa (Tipasa), serait «mal traité».

En effet, jeudi, des titres de la presse écrite nationale ont fait part d’un «mauvais traitement» du porte-parole de l’Union démocratique et sociale (UDS) non agréé, Karim Tabbou, dans la prison de Koléa. Mustapha Bouchachi, qui coordonne le collectif d’avocats de l’ex-Premier secrétaire du FFS, a jugé utile d’apporter des précisions, publiées sur sa page Facebook. Pour rassurer au sujet des conditions de détention et de l’état de santé de l’homme politique, son avocat a démenti les allégations rapportées. « J’ai rendu, aujourd’hui [jeudi dernier] avec nombre de collègues avocats, une visite au militant politique, Karim Tabbou. Nous l’avons trouvé en bonne santé avec un moral élevé et il nous a affirmé qu’il est bien traité à l’institution pénitentiaire de Koléa».
Malgré ce témoignage positif, Bouchachi, reconnaît toutefois ceci: « Il (Tabbou, ndlr) souffrait des procédures de mise en cellule isolée qui pourrait affecter négativement son moral». Et de poursuivre encore queTabbou « nous a précisé que le mauvais traitement et l’humiliation qu’il avait subi s’était produit uniquement lors de son arrestation par la police judiciaire».
La semaine dernière, les avocats, Aïssa Rahmoune et Zoubida Assoul ont fait part de leurs inquiétudes des conditions de l’incarcération de Tabbou, notamment son placement en isolement. « La procédure judiciaire veut que Karim Tabbou soit placé avec les autres détenus dés lors qu’il y a présomption d’innocence », a déclaré Aïssa Rahmoune au quotidien  El Watan, ajoutant qu’« on n’isole pas quelqu’un qui n’est pas encore jugé. Lorsque l’on met quelqu’un en isolement dans ce genre de procès, on assimile cela à une première peine, il s’agit d’une condamnation qui ne dit pas son nom».
L’autre avocat de défense, Tamert Abdelhafid, a affirmé jeudi que « suite aux informations colportées par certains journaux », il a rendu une visite à Tabbou qui lui a dit « qu’il ne trouve pas d’inconvénient que des avocats se constituent ou adhérent au collectif de sa défense et qu’il est reconnaissant aux efforts de tout le monde». « Cependant, il m’a affirmé qu’il avait procuré uniquement maître Mustapha Bouchachi et seulement après autorisation de ce dernier de parler de tout ce qui concerne les procédures à son encontre que ce soit au tribunal de Abane Ramdane ou à la prison de Koléa », a-t-il précisé sur sa page Facebook. Tabbou « a insisté durant notre visite sur “le bon” traitement de la part du directeur de l’institution pénitentiaire ou des gardes », a écrit Abdelhafid, soulignant également que Tabbou « ne s’est pas plaint du fait d’être placé dans une cellule individuelle». Tamert Abdelhafid a révélé aussi que le collectif de défense a expliqué à Tabbou les risques du régime de mise en isolement sur sa santé psychologique sur le long terme. Tabbou a chargé Bouchachi d’examiner cette situation, a ajouté cet avocat.
Hamid Mecheri