Séisme de 4,9 à Chebli (Blida) : le Craag rassure, la population s’affole

Un séisme de 4,9 degrés sur l’échelle ouverte de Richter a été ressenti, hier mardi, dans la localité de Chebli à Blida, suivi de cinq (5) répliques provoquées aussi par le tremblement de terre de 4,7 degrés, ayant secoué, vendredi passé, la commune voisine de Hammam-Melouane. Selon Kamel Lammari, chercheur exerçant au Centre de recherches en astronomie, astrophysique et géophysique (Graag) d’Alger, le séisme d’hier, enregistré à 3 km au sud de la localité de Chebli, serait provoqué par la rupture des répliques telluriques du séisme de 4,7 degrés sur l’échelle de Richter, ayant secoué, vendredi à 10 heures, la commune de Hammam-Melouane. En effet, une secousse de 3,3 degrés a été ressentie hier à 7 h 33, au niveau de la localité de Hammam-Melouane, avant qu’un séisme de 4,9 degrés ne soit enregistré à 9 heures du matin à 3 km au sud-est de Chebli. Cinq répliques ont été enregistrées, durant la journée d’hier, au niveau des deux communes, en plus du séisme de Chebli, a ajouté notre interlocuteur, précisant que la réplique la plus importante est celle enregistré à 9h59, d’une magnitude de 4,7 degrés sur l’échelle ouverte de Richter. Le séisme d’hier s’inscrit dans le cadre de l’activité sismique caractérisée par l’affrontement entre les plaques tectoniques africaines et euro-asiatiques, ayant produit plus 90 secousses telluriques pour le compte de l’année en cours. Il convient de signaler que le séisme et les secousses telluriques d’hier ont été ressenties à Alger, ainsi que dans les régions voisines des deux communes. Des scènes de panique et de peur ont été enregistrées parmi les habitants des deux localités, qui refusaient de rejoindre leurs maisons de peur que d’autres répliques surviennent. Les habitants que nous avons interrogés ne déplorent pas de dégâts importants hormis la peur et des blessures légères. Chose qui a été affirmée par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales qui n’a déploré aucune perte humaine, ni de dégâts importants matériels, appuyant ses déclarations sur les premiers constats faits par les services de la Protection civile et de la sécurité. Cependant, les responsables des communes ont fait état, quelques heures après le séisme, de plusieurs dégâts matériels et des blessures parmi les citoyens. Le P/APC de Hammam-Melouane parle de plusieurs blessés, dont certains sont dans des cas graves, ainsi que des pertes matérielles importantes, et des habitations partiellement effondrées, qualifiant la situation d’assez tendue en raison des dégâts subis. Il a annoncé aussi la fermeture provisoire d’un tronçon routier reliant le chef-lieu de la commune au quartier El-Makrounate, en raison de l’effondrement d’une partie de la chaussée. De son côté, le P/APC de la commune de Chebli a fait part de nombreux cas de blessés, admis aux services des urgences des structures sanitaires de la région pour recevoir les soins nécessaires, parmi lesquels des personnes souffrant de fractures. Des équipes de la Protection civile ont été déployées sur le terrain afin d’explorer les habitations endommagées et apporter l’aide nécessaire aux familles sinistrées qui n’ont trouvé que la rue comme seul refuge. Quelques heures après le séisme, le wali de Blida a dépêché une équipe itinérante dans les zones affectées afin de s’enquérir de visu des dégâts occasionnés. Cette équipe regroupe, selon le wali, des représentants de différents secteurs. Elle aura pour mission essentielle de recenser les habitations et édifices publics endommagés suite à la secousse tellurique, et d’établir un inventaire des dégâts subis. D’autres équipes ont été mobilisées afin de permettre la réouverture au trafic routier du tronçon reliant la ville de Hammam-Melouane au village de El-Makrounate, dont une partie de la chaussée a été fortement endommagée par ce tremblement. Signalons qu’un bilan général des dégâts causés par le séisme devait être établi par la Protection civile en fin de journée.
Il est à noter que dans la Capitale, ébranlée également par l’onde de choc, les mêmes scènes coutumières en pareille circonstance ont été observées, elle étaient traduites notamment par des mouvements de foules fuyant les intérieurs et pour les petites natures une peur panique et un état de choc.
Salim Nasri

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>