RASD

SAHARA OCCIDENTAL : De célèbres avocats de New York demandent à Biden d’annuler  la décision de Trump

La New York City Bar Association, une célèbre  association regroupant des avocats et des étudiants en droit de la ville de New York a adressé une lettre au président américain Joe Biden l’appelant à annuler la proclamation faite par son prédécesseur, en décembre dernier, reconnaissant une prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental.
« La New York City Bar Association, par le biais de ses comités unis auprès des Nations unies, son Comité international des droits de l’Homme et son Comité des affaires africaines écrit pour vous demander respectueusement de revoir la décision de l’administration précédente », indique l’association dans sa lettre. Elle a exprimé, sa « préoccupation » quant aux problèmes juridiques liés au différend sur la souveraineté sur le Sahara occidental. Les membres de l’association signalent qu’en 2012, le Comité des affaires étrangères de la Chambre américaine des représentants avait demandé à l’association d’étudier les aspects juridiques relatifs au conflit au Sahara occidental. Le rapport publié par l’association souligne que le peuple sahraoui a le droit à l’autodétermination et considère que « ce droit implique la capacité du peuple du Sahara occidental de choisir librement d’établir un État indépendant ou d’être lié d’une manière ou d’une à un autre État ».
L’association soutient que la déclaration faite, en décembre, par l’ex-président américain, Donald Trump « a été faite au mépris des principes du droit international ».
« La déclaration de l’ancien président Trump (…) suggère que les Etats-Unis soutiennent l’annexion illégale d’un territoire par la force. Elle est aussi en contradiction flagrante avec les principes du droit international et le respect des droits de l’Homme que l’administration Biden s’est engagée à placer au premier plan de la politique des Etats-Unis ». Par ailleurs, « la position énoncée par l’ancien président Trump met les Etats-Unis en désaccord avec sa position antérieure : les Etats-Unis ne peuvent pas à la fois soutenir le rôle des Nations unies visant à résoudre le conflit et appuyer la revendication marocaine », affirment les auteurs de la lettre. « Sans prendre position sur la question de savoir si le peuple du Sahara occidental doit décider pour ou contre l’indépendance, nous pensons que les Etats-Unis ne peuvent pas le priver de ce droit », ajoute les signataires de la missive. « Sur la base de ce qui précède et aussi parce que le droit à l’autodétermination a toujours été soutenu par les Etats-Unis (ainsi que le Conseil de sécurité de l’ONU) depuis le début du conflit, nous vous invitons à annuler la décision » de Donald Trump, concluent les membres de l’association.
M. B.