Avocat

EMPÉCHÉ D’ASSISTER AU PROCES DU JOURNALISTE RADI, STITOU ET RAISSOUNI : L’avocat belge Christophe Marchand expulsé du Maroc

En prenant le vol lundi dernier à destination du Maroc pour assister, en tant qu’observateur, aux procès des journalistes arbitrairement emprisonnés, dont Omar Radi, Imad Stitou et Suleiman Raissouni, l’avocat belge a passé un « très » mauvais quart d’ heure à son arrivée à l’aéroport de Rabat-Salé.
Aux dernières nouvelles, Christophe Marchand, puisque c’est de lui qu’il s’agit a été expulsé du territoire marocain, mais pas avant qu’il ne soit traité avec zèle. Devenu du coup persona non grata, maître Marchand a dénoncé le fait qu’il avait été empêché de quitter la zone de transit, son passeport a été confisqué et qu’il avait passé la nuit dans la salle d’attente de l’aéroport de Rabat, en attendant son expulsion.
En effet, Me Marchand a été empêché d’entrer sur le territoire marocain en vue d’assister au procès du journaliste Omar Radi lequel s’était tenu mardi dernier. Plus encore, l’avocat indésirable auprès du Makhzen a été empêché de quitter l’aéroport et son passeport a été confisqué au motif que le malheureux avocat était frappé d’une « interdiction » d’entrée sur le territoire marocain.
Mardi matin, le cabinet d’avocats bruxellois « JusCogens », pour le compte duquel travaille Me Marchand, a rendu public un communiqué, dénonçant, sous le titre évocateur, « Attaques contre la liberté d’expression : le Maroc franchit un nouveau cap vers la tyrannie ». Selon la même source, Christophe Marchand a été arrêté à son arrivée à l’aéroport de Rabat, lundi vers 21h00, alors qu’il venait assister à une audience mardi à midi à Casablanca, où deux journalistes considérés comme des « voix libres » sont jugés, notamment pour faits présumés de viol.
Sidéré par ces pratiques restrictives à son égard et à l’égard des droits de l’homme, l’avocat belge a révélé avoir contacté l’envoyé spécial de l’ONU chargé de « protéger l’indépendance des juges et des avocats », afin d’intervenir auprès des autorités marocaines afin de lui permettre d’entrer sur leur sol. Mais, peine perdue, puisque les autorités du Makhzen sont restées inflexibles sur leur décision qu’elles estiment « souveraine ».
Par ailleurs, dans un commentaire, le journaliste maroco-belge Said el-Amrani a dénoncé l’empêchement de l’avocat d’exercer son droit d’assister à un procès concernant des journalistes. «  Aujourd’hui, les autorités marocaines ont détenu l’avocat belge Christophe Marchand à l’aéroport, et l’ont empêché d’entrer au Maroc pour assister au procès des journalistes Omar Radi, Suleiman Raissouni et Imad Stitou.
F. G.