UNPEF

REVENDICATIONS SOCIOPROFESSIONNELLES DES TRAVAILLEURS DE L’ÉDUCATION L’UNPEF brandit la menace de la contestation

Décrivant une situation lamentable dans le secteur de l’Éducation, en cette rentrée scolaire, et reprochant à la tutelle de ne pas répondre aux revendications socioprofessionnelles des travailleurs exprimées à maintes reprises, l’Union nationale des travailleurs de l’éducation et de la formation (UNPEF) a menacé d’organiser des actions de contestations dans un avenir proche. EIle a d’ailleurs appelé ses adhérents à se tenir prêt pour d’éventuelles décisions allant dans ce sens. Dans un communiqué rendu public à l’issue d’une réunion de son bureau national, tenue les 30 septembre et le 1er octobre passé, le syndicat a en effet exprimé son intention de recourir à des actions de contestation dont probablement des mouvements de grèves et ce pour la prise en charge de revendications qui peine à trouver d’échos favorables sur le terrain. Dans son communiqué, l’UNPEF a d’abord reproché aux responsables du ministère de l’Éducation une attitude de procrastination quant à solutionner les problèmes socio-pédagogiques des travailleurs. Le même syndicat a également reproché au gouvernement son « incapacité » à trouver les réponses aux inquiétudes relatives à la chute du pouvoir d’achat à cause de la hausse des prix des produits de large consommation, le tout accentué par la stagnation des salaires. Sur le volet pédagogique, l’Unpef a, d’autre part, critiqué le plan exceptionnel des enseignements mis en place par le ministère de l’Éducation, afin de lutter contre la propagation du coronavirus dans les établissements scolaires. Le syndicat a fait référence dans ce sens au mode d’enseignement par alternance soit l’enseignement par groupes adopté par la tutelle depuis le début de la pandémie de covid-19. Bien que l’objectif de ce plan et de faire respecter les mesures de préventions contre le Covid dont notamment la distanciation physique, mais il se trouve que cette méthode a occasionné des difficultés aux enseignants qui font face à une surcharge de travail. Pour pallier à ce problème, déjà évoqué par d’autres syndicats du secteur, l’Unpef a appelé les pouvoirs publics et la tutelle ministérielle à l’ouverture de nouveaux postes budgétaires pour justement diminuer la pression sur les enseignants notamment dans les deux paliers du moyen et du secondaire. S’agissant, par ailleurs, du cafouillage ayant marqué l’opération de vente des manuels scolaires, et du désagrément occasionné pour les parents qui ont dû faire un parcours de combattant pour les acheter,  le syndicat de l’UNPEF recommande au département d’Abdelhakim Belabed de trouver des mécanismes efficaces pour mettre fin à ce problème. Il a proposé, à cet effet, d’octroyer des incitations financières aux directeurs et aux intendants des établissements scolaires pour les encourager à assurer cette mission au sein des établissements scolaires.
Ania Nch