supermarché

POUVOIR D’ACHAT : Révision « minutieuse et réfléchie » du SNMG

Lors de la même occasion, le Président a fait part de son engagement, dès l’arrivée à la loi de Finances complémentaire (LFC) 2020, à l’exonération de tous les salaires de moins de 30 000 DA dans le but d’augmenter, a-t-il expliqué, le pouvoir d’achat tout en contrôlant les prix des produits essentiels. Il pourrait même y avoir, a poursuivi le président, une révision minutieuse et réfléchie du Salaire minimum garanti (SMIG). «Nous mobiliserons tous les moyens disponibles pour la lutte contre la pauvreté et l’iniquité en termes de revenus individuels », dira-t-il à cet effet soulignant que le principe d’augmentation du pouvoir d’achat est irréversible, et cette démarche se fera à travers l’exonération des faibles salaires et le contrôle des prix du marché. Répondant, par ailleurs, à une question sur les transferts sociaux, le Président a laissé entendre que le système de subvention actuel des produits alimentaires sera abandonné progressivement. Il a estimé que ce dernier comportait beaucoup de lacunes. Pour lui, il n’est pas normal que les subventions profitent à des personnes qui gagnent jusqu’à 50 millions de dinars par an. Il a indiqué, en outre, que les subventions nourrissent la contrebande et encouragent le gaspillage. Toutefois, il a précisé que les options de révision des subventions en cours d’étude ne vont en aucun cas remettre en cause le caractère social de l’État algérien. Parmi les options en cours d’étude figurent la création d’une carte magnétique qui sera remise aux nécessiteux. Elle sera utilisée pour effectuer certains achats. L’option d’un salaire complémentaire est également mise sur la table. Il précise, sur ce point, qu’une large concertation sera lancée pour déterminer l’option à adopter.
A.N. Chalal